Feu vert de Shanghai pour un parc d'attraction Disney

E.M. avec AFP

— 

Après une décennie d'atermoiements, la Chine a donné son feu vert à la construction à Shanghai d'un parc à thème Disney, un énorme investissement américain dans le secteur du tourisme et le premier parc à thème du groupe en Chine continentale.

Ce projet, estimé à 3,6 milliards de dollars, sera l'un des plus gros investissements étrangers réalisés en Chine. Cette annonce intervient à une dizaine de jours de la visite du président américain Barack Obama à Shanghai puis Pékin.

Ni Disney ni la municipalité de Shanghai n'ont précisé le montant du projet du parc, qui s'étendra sur une superficie de 10 km2 dans le quartier de Pudong, dans la capitale économique chinoise, après 4.000 expropriations.

Pour 2012 ou 2013

"Le projet de Disney à Shanghai a reçu l'approbation des ministères concernés" fin octobre, a annoncé la municipalité de Shanghai mercredi. Il s'agit de la première approbation officielle, représentant une étape cruciale, mais pas ultime, pour ce premier Disney qui devrait ouvrir vers 2012 ou 2013.

"Des discussions en profondeur ont été ouvertes sur les détails du projet", a précisé la municipalité. Un porte-parole de Disney à Shanghai a confirmé qu'"il ne s'agissait pas encore de l'accord définitif", dont la conclusion pourrait encore "prendre plusieurs mois".

Dans un communiqué, le groupe de médias américain s'est de son côté félicité de cette étape qui va permettre à Disney et à ses partenaires à Shanghai "d'avancer en vue d'un accord final".

"La Chine est l'un des pays les plus dynamiques (...) du monde et cet accord marque une étape cruciale pour la société Walt Disney en Chine continentale", a déclaré le patron du groupe, Robert Iger.

Investissements massifs

Si le coût généralement supputé par la presse de 3,6 milliards de dollars se confirme, l'investissement de Disney à Shanghai serait encore supérieur au cinquième parc ouvert par le groupe, en 2005 à Hong Kong, et qui avait coûté 3 milliards de dollars.

Selon l'agence Chine Nouvelle, "plusieurs grandes entreprises publiques" s'associeraient à Walt Disney qui deviendrait ainsi le 6e du groupe, après les deux parcs américains (Californie, Floride), Eurodisney (Marne-la-vallée, près de Paris), Tokyo et Hong Kong.

Interrogé sur la profitabilité du futur parc, He Jianmin, l'un des économistes chargé d'évaluer le projet côté chinois, s'est dit confiant. "Disney a, à moultes reprises, étudié cela. Maintenant, avec le développement de l'économie chinoise, ce n'est pas un problème", a-t-il précisé à l'AFP.

Tourisme

Dès 2006, la municipalité avait fait part de son intérêt pour le projet. Son maire Han Zheng avait vanté "les atouts" de sa ville. "Shanghai a besoin de se recentrer sur l'industrie des services (...) Le tourisme en est un pan important", relève Wang Liang responsable adjoint d'un institut de recherche économique dépendant de la municipalité. "Elle a donc fait depuis des années des efforts importants pour attirer des projets de loisirs à la réputation internationale".

Et Shanghai compte sur toute l'activité développée en aval, tout comme le groupe Disney lui-même. "Disney ne vise pas seulement les revenus du parc mais aussi les petits consommateurs" qui, une fois épris de Mickey et compagnie, achèteront tous les produits dérivés, du crayon aux jouets, souligne l'analyste.

Disney emploie déjà plus de 600 personnes en Chine et commercialise ses produits dans plus de 25 villes du pays. Le groupe a même lancé l'an dernier un centre d'apprentissage de l'anglais à Shanghai pour les enfants de 2 à 10 ans.