Les salariés toujours plus intéressés

— 

Les salariés bénéficient de plus en plus de primes d'intéressement mais ce dispositif ne concerne toujours qu'une minorité de grandes entreprises. Ces enseignements sont tirés d'une étude de la direction des études et statistiques du ministère du Travail (Dares) publiée mercredi 29 juillet.

L'épargne salariale -versée notamment via la prime de participation aux bénéfices- a en effet encore gagné du terrain en 2007 touchant 9,2 millions de salariés, mais cantonnés à 90% dans de grandes et moyennes entreprises, a indiqué mercredi le ministère de l'Emploi.

L'épargne salariale est constituée des primes versées par certaines entreprises quand elles font des bénéfices. Le montant de la prime de participation est fixé par le Code du Travail, l'intéressement est négociable.

Diffusion accrue

En 2007, 57,2% des salariés du secteur marchand non agricole, soit 9,2 millions de salariés, ont eu accès à "au moins à un dispositif de participation, d'intéressement et d'épargne salariale", en hausse de 3,7% comparé à 2006, selon la direction des études et statistiques du ministère du Travail (Dares).

"Malgré une diffusion accrue", ces dispositifs restent avant tout présents "dans les grandes entreprises et dans celles de taille moyenne", précise l'étude.

17,4 milliards

En 2007, près de 17,4 milliards d'euros ont été distribués (+15% par rapport à 2006) et la prime moyenne a atteint 2.324 euros dans les entreprises de plus de 10 salariés, ce qui équivaut à un surcroît moyen de rémunération de 7,7% de leur masse salariale.

Ces dispositifs sont "très répandus" dans les entreprises du secteur énergie et automobile (plus de 90% de salariés couverts), mais "plus limités" dans les entreprises de services aux particuliers (28,5%) et l'éducation, la santé et l'action sociale (21%).

La prime de participation aux résultats de l'entreprise est de toute façon obligatoire à partir de 50 salariés. C'est le dispositif le plus répandu (7,1 millions de salariés en 2007). La prime d'intéressement, facultative, n'a concerné que 5,8 millions de salariés.

Le nombre de salariés couverts par un plan d'épargne retraite collectif (Perco) a "plus que doublé en deux ans" à 406.000, selon la Dares.