US Steel déçoit également

— 

Contrairement à ArcelorMittal, US Steel ne voit pas encore la reprise. "Nos carnets de commandes sont restés à des niveaux très bas de même que l'utilisation de nos capacités, tandis que les cours ont baissé, et nous continuons à payer pour l'entretien de sites qui ne sont pas utilisés", a déclaré mardi John Surma, P-DG d'US Steel.

Au cours du trimestre écoulé, le groupe a perdu 392 millions de dollars, contre un bénéfice de 668 millions de dollars un an plus tôt. Ramené au nombre d'actions en circulation, la perte par action est ressorti à 3,28 dollars, contre 3,45 attendus par les analystes. Les ventes de l'aciériste ont plongé de 68% à 2,13 milliards de dollars.

"Certains signes montrent que le cycle de déstockage est arrivé à son terme sur les marchés de l'acier d'Amérique du Nord et d'Europe de l'Est", observe le PDG du groupe sidérurgique. Mais "malgré ces signes d'amélioration, les perspectives d'ensemble de la demande restent incertaines et le calendrier et l'amplitude de la reprise restent difficiles à évaluer."

La perte attendue au troisième trimestre s'explique par des taux d'utilisation des capacités de production faibles, les coûts d'entretien des usines à l'arrêt et des prix de l'acier en repli.

Les autres concurrents nord-américains de US Steel observent les mêmes difficultés. Nucor, numéro deux du secteur aux Etats-Unis, a perdu 133 millions de dollars au cours du deuxième trimestre. Steel Dynamics, troisième aciériste du pays, a perdu 16 millions de dollars.