La Formule 1 prend des mesures pour survivre

E24

— 

Petite révolution dans le monde de la Formule 1. La FOTA (Formula One Teams Association) a présenté de nouvelles propositions pour réduire les dépenses dans ce sport. L'objectif est de stoper la désertion des grands constructeurs des Grands Prix, comme Honda en décembre, ou le retrait des sponsors, comme ING, soutien de Renault. Max Mosley, président de la FIA (Fédération internationale de l'automobile) avait déjà déclaré qu'il voulait qu'une équipe puisse concourir avec un budget de 50 millions d'euros par saison, un cinquième du budget actuellement nécessaire.

Pour arriver à ce montant, la FOTA a planché sur des coupes sévères pour 2010. Notamment sur la technique. Les nouvelles conditions réclament un moteur pour 5 millions d'euros par saison, une boîte de vitesse pour 1,5 million d'euros par saison, la réduction de 50% des dépenses faites dans le développement aérodynamique, l'interdiction d'un grand nombre de matériaux exotiques et coûteux, et la télémétrie et des systèmes de radios standardisés. Côté sport, la FOTA propose une réduction de la durée des Grands Prix (250 km ou un maximum de 1h40 au lieu des 305 km actuellement) ou une réduction des essais.

Ces mesures n'auront pas d'impact sur les écuries déjà bien établies sur les circuits, mais elles permettront à de nouvelles équipes de remplacer les places vacantes laissées par les constructeurs qui ont jeté l'éponge. Les propositions devront être validées par le Conseil mondial de la FIA le 17 mars prochain.

En outre, et autre révolution, de nouveaux accords devraient prochainement être signés pour mettre fin aux batailles entre les constructeurs, la FIA et la FOM (Formula One Management) sur le partage des bénéfices générés par la F1, comme les droits de retransmission des Grands Prix à la télévision notamment.

Un accord qui a du mal à aboutir. Renault vient de menacer de quitter la F1 si la redistribution des droits commerciaux ne devient pas plus équitable. En clair, Renault veut un partage qui lui soit surtout plus favorable compte tenu des sommes qu'il investit dans ce championnat. Les bénéfices portent sur plusieurs milliards d'euros mais la répartition de ces sommes reste un secret bien gardé. Certains chiffres circulent, les écuries récupéreraient un peu moins de 50%, une somme à se partager entre toutes les écuries.

Le départ de Renault semble peu probable alors que "toutes les équipes de Formule 1 sont prêtes à s'engager dans le sport jusqu'en 2012, a déclaré le président de Ferrari, Luca di Montezemolo. Ferrari avait d'ailleurs fait le même coup de bluff quelques mois auparavant. Encore du spectacle. Le premier Grand Prix de la saison est programmé le 29 mars à Melbourne, en Australie.