5 mois de chômage partiel à Florange

D.H. avec AFP

— 

Un millier des 2.600 ouvriers de l'usine ArcelorMittal de Florange en Moselle seront mis au chômage partiel "au moins jusqu'en septembre", a indiqué mercredi 8 avril Marc Barthel, responsable CGT pour ArcelorMittal France. "Cette mise au chômage partiel, qui débutera à la mi-avril, pourrait se prolonger pendant six trimestres", a poursuivi Walter Broccoli, responsable FO, à l'issue d'un comité d'établissement (CE) extraordinaire.

Le deuxième haut-fourneau de l'usine sera mis en veilleuse tandis que l'aciérie sera arrêtée pendant cette période, a-t-il précisé. Le premier haut-fourneau du site est arrêté depuis le début de l'année.

Des arrêts programmés en avril, mai et juin toucheront par ailleurs les lignes de laminage à chaud et à froid qui servent à façonner l'acier, a encore indiqué Marc Barthel. Un comité d'établissement se tient depuis 13H30 à l'usine de Florange au cours duquel la direction devrait détailler les mesures de réduction de la production aux organisations syndicales.

ArcelorMittal a annoncé dans la matinée à Luxembourg aux représentants du personnel une réduction de plus de 50% de sa production en Europe à partir de fin avril. ArcelorMittal réunissait son comité d'entreprise européen ce mercredi pour mettre en place un nouveau plan de suspension temporaire de sa production sur ses sites européens. "A la lumière de l'environnement économique exceptionnel, il est nécessaire de continuer à suspendre et à optimiser la production pour s'assurer que la société soit bien adaptée aux réalités du marché", explique un communiqué d'ArcelorMittal.

"Toutes les suspensions de production sont temporaires et seront revues régulièrement. La société maintiendra tout l'équipement pendant la suspension pour s'assurer que la production puisse repartir aussi vite que possible quand les conditions du marché s'amélioreront", ajoute la société. Au dernier trimestre 2008 déjà, le groupe avait réduit sa production de 45%, contre 35% initialement prévu à l'automne.

Le groupe n'a donné aucun détail ni sur le niveau d'activité pour chacun des sites, ni sur la réduction totale de la production envisagée. Le secrétaire CGT du comité d'entreprise européen, Jacques Laplanche, a indiqué pour sa part que la production serait réduite, jusqu'à une date indéterminée, de plus de 50% par rapport aux capacités de production. Daniel Soury-Lavergne, directeur général d'ArcelorMittal France, a indiqué que le carnet de commandes du deuxième trimestre n'était "pas mieux, loin s'en faut, que celui du 1er", précisant n'avoir "aucun signe de reprise" pour le moment.