Les pertes de STMicroelectronics se creusent

Avec agence

— 

Le producteur franco-italien de composants électroniques STMicro a enregistré une nouvelle perte nette au deuxième trimestre, plus lourde que prévu à 318 millions de dollars, sous l'effet d'une nouvelle dégradation de sa marge brute à des niveaux "extraordinairement bas".

STMicro avait perdu 47 millions de dollars un an plus tôt. Mais le résultat de la période avril-juin représente une amélioration par rapport à celui des trois mois précédents, quand il avait perdu 541 millions, a souligné le groupe dans un communiqué publié mardi après la clôture de Wall Street.

La perte de l'entreprise s'est établie à 36 cents par action, alors que les analystes tablaient sur un déficit de l'ordre de 32 cents.

Le titre STMicro reculait après cette publication de 3,2%, à 7,30 dollars, dans les échanges électroniques effectués hors séance.

Les résultats de STMicro ont été affectés par la volonté de la direction de réduire les stocks d'invendus. Cette décision a poussé la marge brute du groupe --mesure phare de la rentabilité des groupes de microélectronique-- à un niveau qu'il juge lui même "extraordinairement bas" de 26,1% des ventes.

Le groupe a encore passé 86 millions de dollars de coûts de restructuration, notamment pour financer la fermeture de son unité texane de Carrollton, contre 56 millions de dollars lors des trois mois précédents. Il a réduit ses investissements à 74 millions, soit une division de près de quatre en un an.

Mais le groupe a noté des signes encourageants, après plusieurs trimestres difficiles. Son chiffre d'affaires a progressé de 20% d'un trimestre sur l'autre, à 1,99 milliard de dollars, soit au delà de l'objectif qu'il s'était lui même fixé et des prévisions des analystes financiers.

L'amélioration est générale sur les marchés du groupe, même si ses ventes restent encore inférieures à leur niveau d'il y a un an. Le groupe relève aussi la bonne demande pour ses produits en Chine et dans le reste de l'Asie.

Sur la foi de son carnet de commandes actuel, supérieur à son niveau d'il y a trois mois, le groupe franco-italien estime que son chiffre d'affaires et sa marge brute devraient progresser au troisième trimestre.

Son chiffre d'affaires devrait ainsi s'inscrire entre 2,07 et 2,27 milliards de dollars, en hausse de 4% à 14% d'un trimestre sur l'autre.

Sa marge brute est espérée aux alentours de 31%, avec une marge d'erreur de deux points, grâce à une amélioration du taux de fonctionnement de ses usines, à une proportion plus grande des produits chers dans ses ventes et à une nouvelle baisse de ses stocks.