La pub TV est repartie en septembre

— 

En France, le climat était doux en septembre, surtout pour la télévision. Elle a bénéficié d'une hausse de 20% de son chiffre d'affaires publicitaire durant cette période par rapport au mois de septembre 2008. Et la TNT, qui grignote des parts d'audience aux grandes chaînes, en bénéficie en premier lieu, selon la dernière étude Yacast.

Le chiffre d'affaires publicitaire à la télévision s'est établi à 649,4 millions d'euros en septembre, en hausse de 20% sur un an, hors France Télévisions (France 2, France 3, France 5), indique l'agence de mesure de la publicité. En incluant les chaînes de France Télévisions, qui ne diffuse plus de publicité après 20h, le chiffre d'affaires atteint 688,3 milliard d'euros.

Les recettes publicitaires de

TF1
ont augmenté de 16% en septembre, une progression identique à celle de
M6
alors que Canal+, qui ne diffuse de la publicité que sur ses plages en clair, a enregistré une hausse de 18%.

+30% pour la TNT

Sur le mois de septembre, les chaînes de la télévision numérique terrestre (TNT), du câble et du satellite affichent une hausse de 30% de leurs recettes publicitaires. La TNT enregistre une progression toujours soutenue des recettes publicitaires (+68% sur un an).

Les progressions sont impressionnantes mais les recettes sont loin d'atteindre celles des grandes chaînes. Ca fait tout de même du bien aux chaînes qui font face depuis plusieurs mois à des

baisses considérables de recettes publicitaires
.

La presse à la peine

D'autant que l'embellie a touché presque tous les médias. Au global, le marché publicitaire de tous les médias (télévision, presse, radio, cinéma) a augmenté en septembre, de 9,5%, pour s'établir à 1,414 milliard d'euros.

"Après un début d'année difficile, la situation semble s'améliorer: premier trimestre 2009 en baisse de 1,4%, deuxième trimestre en hausse de 1,1% et troisième trimestre en forte hausse de 8,2%", commente Yacast.

Les antennes de radio ont enregistré une hausse de 14% de leurs recettes publicitaires, à 316,5 millions, grâce aux généralistes (RTL, RMC, Europe 1, France Inter).

Seule la presse écrite enregistre une baisse de -6% de ses recettes publicitaires à 439,3 millions d'euros. L'étude ne précise pas qui de la presse quotidienne ou de la presse magazine souffre le plus. Jusqu'à présent, la presse quotidienne a tendance à mieux résister.