Wolverine a-t-il été touché par le piratage?

Guillaume Guichard

— 

Le piratage peut-il faire mal aux super héros? Le débat fait rage aux Etats-Unis après la sortie, mercredi 29 avril, du premier blockbuster de la saison, "Wolverine". Le quatrième opus de la licence "X-men", qui raconte la genèse d'un héros incassable et bestial (Wolverine), a réalisé 85,1 millions de dollars de recettes durant le premier weekend d'exploitation outre-Atlantique. C'est beaucoup plus que Ghosts of Girlfriends Past, par exemple, sorti à la même date (15,4 millions de dollars).

Mais le héros aux longues griffes aurait pu faire beaucoup mieux, à en croire 20th Century Fox, s'il n'avait pas été piraté avant même sa sortie en salle. Une copie du film non finalisé a en effet été diffusée dès le mois de mars sur les réseaux d'échanges de fichiers illégaux peer-to-peer (P2P). Le film aurait depuis été téléchargé plus de 4 millions de fois, selon la Fox. Impossible de vérifier ce chiffre, mais "Wolverine" a figuré plusieurs semaines en tête du top 10 des films les plus téléchargés.

Pour la Fox, cela se serait traduirait par un manque à gagner de près de 28,7 millions de dollars (21,5 millions d’euros) de recettes. Pour arriver à cette somme, le studio a multiplié le prix moyen d'un billet (7,18 dollars) par le nombre estimé de téléchargements illégaux.

Un calcul basique qui a ses limites. Certains pirates sont très probablement allés voir le film au cinéma, sur grand écran et avec des effets spéciaux finalisés. Du coup, "on ne peut pas estimer qu'un téléchargement égale une entrée en moins. C'est un raccourci que je ne ferais pas", estime Frédéric Delacroix, délégué général de l'ALPA (Association de Lutte Contre la Piraterie Audiovisuelle). "Et d'une façon générale, il est très difficile d'estimer l'impact du téléchargement illégal sur les recettes du cinéma", reconnaît Frédéric Delacroix.

La blogosphère l'approuve et débat depuis une semaine à propos de l'impact réel de la piraterie sur les recettes de Wolverine. Le blog professionnel The Hollywood Reporter a étudié plusieurs scénarios. Il compare notamment le chiffre d'affaires de Wolverine sur le premier weekend d'exploitation avec celui d'un autre film de super héros sorti à la même période l'année passée: "Iron Man". Ce dernier avait réalisé 102,1 millions de dollars de recettes. Le piratage aurait donc coûté 14,1 millions de dollars au quatrième Xmen, en déduit le blog.

D'autres se demandent si le piratage a vraiment entraîné une perte pour le studio. "Et si les partisans de la libre diffusion des œuvres sur internet avaient raison et que le piratage n'avait pas d'impact sur les sorties du weekend?", se demande ainsi Variety. Au contraire, "la diffusion à grande échelle de cette copie inachevée a pu faire office de publicité gratuite pour la version finale", avance même le magazine en ligne.

En France, 20th Century Fox n'est pas loin de rejoindre cette approche et estime que l'impact du piratage a été minime. La filiale française du studio se déclare "très satisfaite" des premiers jours d'exploitation de "Wolverine", avec 860.000 entrées de mercredi à dimanche dernier. Pourtant, cela reste inférieur aux niveaux observés lors des sorties des deux précédents opus de la licence Xmen (respectivement 1,2 millions et 1,4 millions d'entrées).

S'il est difficile d'estimer l'impact du téléchargement sur un film précis, "les 450.000 téléchargements de films piratés effectués chaque jour par les internautes français expliquent sûrement une partie de la baisse de 30% de la fréquentation des salles observée depuis 2006 (hors 2008, les chiffres ayant rebondi exceptionnellement grâce aux 21 millions d'entrées de "Bienvenu chez les Ch'tis")", avance Frédéric Delacroix. Et d'ajouter que, si "tous les films subissent les effets négatifs du téléchargement, les films à forte notoriété, comme les blockbusters américains, en souffrent plus que les autres". Wolverine le premier?