Les marques trop curieuses sur le Web

G. G. avec AFP

— 

Le nouveau "baromètre de l'intrusion" dévoile que les Français supportent de moins en moins que les marques stockent des données personnelles sur leur compte. Trois sur quatre (71%) se disent gênés que des informations les concernant soient conservées par les sociétés dans de nombreux fichiers.

A la question "à quel niveau d'intrusion dans votre vie privée se situent les marques et les enseignes"?, 40% des consommateurs répondent que ce niveau est "élevé", contre 29% en 2007.

Comme le rappelle l'étude, surfer sur internet peut paraître anodin. Et pourtant, presque à chaque clic, les marques enregistrent des données sur le comportement de l'internaute, ses habitudes, ses domaines de prédilection... pour ensuite mieux cibler leurs publicités.

"Nouvelles possibilités"

"On arrive dans un monde hyper-connecté et tout cela fait émerger de nouvelles possibilités marketing", a souligné Yan Claeyssen, président d'ETO Digital, lors d'une conférence de presse.

Même si 67% des consommateurs disent connaître la Cnil, ils sont quasiment aussi nombreux (66%) à déclarer ne pas se sentir suffisamment informés sur leurs droits à la protection des données personnelles.

Pas de photo!

Parmi les informations qu'ils ne souhaitent en aucun cas divulguer aux marques, même en échange d'avantages personnalisés, les internautes citent en premier leur photographie (71%), puis leurs revenus (66%), les coordonnées de leurs amis (56%) et les prénoms de leurs enfants (48%).

Quant aux modes de communication des marques avec les consommateurs, "les appels téléphoniques, que ce soit sur le mobile ou sur le fixe, sont aujourd'hui complètement rejetés", de même que les fenêtres publicitaires surgissantes (pop-up), a expliqué Peter Van Vliet, directeur général de Market Audit.