La taxe carbone sera "mise en oeuvre"

— 

Le Premier ministre François Fillon a annoncé ce jeudi, lors d'un déplacement dans les Côtes d'Armor pour intervenir sur le problème des algues toxiques, que

la taxe carbone
, qui est "un moyen de lutter" contre le réchauffement climatique, sera "mise en oeuvre". "Je rappelle que la taxe carbone, qui est en réalité un moyen de lutter contre les émissions de carbone qui participent au réchauffement de la planète, est un engagement qui a été pris par l'ensemble des candidats à l'élection présidentielle de 2007 et donc naturellement nous mettrons en oeuvre cette politique", a déclaré le chef du gouvernement, sans pour autant donner de calendrier.

Consultations

"Nous avons ouvert une très large concertation. Il est normal que je continue avec Jean-Louis Borloo les consultations qui vont permettre la mise en oeuvre de ce dispositif", a ajouté M. Fillon. "Nous ferons savoir dans les prochaines semaines les propositions qui seront soumises au Parlement", a-t-il conclu.

L'ancien Premier ministre socialiste Michel Rocard, qui a présidé un groupe d'experts sur la question, a remis fin juillet ses conclusions au gouvernement.

Chèque vert

La taxe carbone dont le principe a été arrêté par le Grenelle de l'environnement, devrait concerner les énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon) sur la base de 32 euros la tonne de CO2 puis jusqu'à 100 euros en 2030. Pour les ménages, elle portera sur le carburant et les modes de chauffage.

En contrepartie, les classes moyennes et populaires pourraient bénéficier d'un "chèque vert" qui a été évoqué par le ministre de l'Ecologie Jean-Louis Borloo ou d'une baisse des prélèvements obligatoires.

Engagements

La taxe carbone vise à encourager la réduction de consommation des énergies fortement émettrices de gaz à effet de serre responsables du réchauffement climatique. La France s'est engagée à diviser ses émissions par quatre d'ici 2050 par rapport à 1990.

Les syndicats et les associations de défense des consommateurs, sans être hostiles au principe, s'inquiètent d'un alourdissement possible de la fiscalité pour les ménages comme pour les entreprises et insistent sur d'indispensables compensations.

Mais même

au niveau européen, l'idée d'une taxe carbone fait son chemin
même si les pays restent divisés.