RIM affecté par la guerre des prix

Guillaume Guichard avec agences

— 

Research in Motion (RIM) n'est plus intouchable. Le fabricant canadien du Blackberry a annoncé un bénéfice net en baisse de 4% sur un an pour le deuxième trimestre, à 475,6 millions de dollars américains, contre 495,5 millions de dollars à la même période en 2008.

Surtout, RIM a douché les espoirs des analystes en révisant ses objectifs à la baisse pour le troisième trimestre. Le fabricant table sur un chiffre d'affaires compris entre 3,6 et 3,85 milliards de dollars, contre 3,91 milliards attendus par le marché.

Les ventes du Blackberry sont affectées par la guerre des prix menée par Apple et Palm. Le prix de l'iPhone a été divisé par deux aux Etats-Unis en juillet. Le coût du Palm Pre a été, lui, revu à la baisse en juin.

Blackberry a suivi la tendance en abaissant le prix de certains modèles, avant de lancer une nouvelle version de son smartphone à succès. Le prix de vente moyen d'un appareil sera d'environ 320 dollars, selon Jim Balsillie, co-directeur général de RIM. "Notre but est de devenir de plus en plus grand public et de faire du volume". RIM a écoulé 8,3 millions de téléphones au dernier trimestre, contre 5,2 millions pour Apple.

Tous les analystes ne sont pas convaincus. Ceux de Goldman Sachs ont abaissé leur recommandation à "neutre". Ils doutent que le Canadien réussisse à maintenir ses parts de marché en Amérique du Nord.

Croissance des marchés internationaux

Au deuxième trimestre, le bénéfice par action, hors élément exceptionnels, a dépassé cependant les attentes et s'élève à 1,03 dollar, alors que le marché n'en attendait que 1. Le chiffre d'affaires en revanche se situe juste en dessous des attentes, avec 3,53 milliards de dollars au lieu de 3,62 milliards attendus. Il s'agit toutefois d'une hausse de 37% par rapport aux résultats du deuxième trimestre 2008.

Le co-directeur général Jim Balsillie a souligné "la croissance accélérée sur les marchés internationaux et sur les nouveaux segments du marché".

Le marché a sévèrement sanctionné ces résultats en faisant chuter le titre RIM de 12% à 73 dollars dans les échanges électroniques juste après la clôture de la Bourse de New York, où il a doublé cette année.