Le trafic Eurostar reprend lentement à Londres et Paris

— 

Le trafic a repris à Paris et à Londres ce matin vers 8 heures mais des centaines de passagers bloqués par attendaient dans les gares du Nord et de St Pancras en espérant pouvoir prendre un train.

Seules les personnes munies de billets pour un voyage initialement prévu samedi 19 ou dimanche 20 décembre pouvaient voyager ce mardi, a précisé Eurostar. La compagnie va aussi privilégier les voyageurs prioritaires, comme les personnes âgées ou celles accompagnées de jeunes enfants.

"L'image d'Eurostar a pris un coup sévère", assure Katherine Khan, Londonienne de 36 ans. "C'est présenté comme un train de luxe, c'est très cher et on traite les passagers n'importe comment après un incident dont personne ne comprend bien l'origine car si les Eurostars ne circulent plus quand il y a de la neige, il y a un problème!", se plaint-elle en rajustant les écharpes de ses trois enfants.

Eurostar a prévu une reprise progressive du trafic mardi, avec deux trains sur trois, soit 26.000 places, après l'arrêt dû à des intempéries dans la nuit de vendredi à samedi. La circulation des trains dans le tunnel sous la Manche entre Londres et le continent avait été interrompue et 2.000 passagers s'étaient retrouvés bloqués dans le tunnel, certains pendant plus de 17 heures.

Eurostar a appelé les personnes n'ayant pas d'impératif à différer leur voyage ou à se faire rembourser leur billet. La compagnie déconseille également de se tourner vers des moyens alternatifs de transport comme les ferries ou les navettes d'Eurotunnel pour traverser la Manche car "ces compagnies (sont) désormais complètes".

"L'important pour nous est d'acheminer le plus de monde possible", a expliqué la porte-parole d'Eurostar. "On a renforcé le dispositif (d'accueil ndlr) avec une quarantaine d'agents pour gérer la clientèle" en gare du Nord. Eurostar et son grand actionnaire la SNCF ont été vertement critiqués en France pour leur gestion de la crise et le manque de communication. Le patron des deux compagnies

Guillame Pépy
a été convoqué lundi par le président de la République Nicolas Sarkozy pour s'expliquer.

M. Pepy a répondu aux critiques en proposant d'améliorer l'information dans le tunnel et en augmentant le nombre de trains de secours et la SNCF s'est offert une page de publicité dans les journaux pour redorer son image.