Ericsson en chute libre

— 

Le numéro un mondial des réseaux de téléphonie mobile, le suédois Ericsson, a annoncé vendredi un bénéfice net en baisse de 60% à 800 millions de couronnes (750 millions d'euros) au deuxième trimestre, près de deux fois inférieur aux attentes moyennes des analystes, qui tablaient sur un profit de 1,58 milliard, selon un consensus réalisé par Dow Jones.

En revanche, le chiffre d'affaires du groupe a augmenté de 11% à données comparables, à 52,1 milliards de couronnes. Mais hors effets positifs de change, il est en baisse de 3%, indique Ericsson.

"Les effets du climat économique global dans le secteur des infrastructures télécoms sont aujourd'hui notables, surtout sur les marchés dont la monnaie est sous pression et qui subissent un resserrement du crédit", a commenté Carl-Henric Svanberg, PDG d'Ericsson.

La construction de réseaux GSM dans les pays émergents a ralenti et a effacé l'effet des ventes enregistrées dans les pays développés où les opérateurs accroissent les capacités de leurs réseaux afin de répondre à la croissance des échanges de données, a expliqué en substance le groupe dans son communiqué.