Wendel ne cédera rien en 2009

G. G. avec AFP

— 

Les rumeurs sont "infondées". Selon le président du directoire de la société d'investissement Frédéric Lemoine, Wendel n'envisage aucune cession d'actifs cette année. Pourtant, Wendel fait face à un fort endettement et devrait accuser en 2009 une perte nette importante. Frédéric Lemoine s'exprimait devant les actionnaires du groupe réunis en assemblée générale.

"Je ne braderai pas nos actifs dans la précipitation alors qu'ils sont mal valorisés (en raison de la baisse des marchés boursiers, ndlr)", a poursuivi le président du directoire. "En 2009, il n'y aura ni cession ni investissement dans de nouveaux actifs", a-t-il assuré. Frédéric Lemoine, qui a pris ses fonctions début avril en remplacement de Jean-Bernard Lafonta, avait indiqué dès son arrivée que Wendel pourrait envisager de réaliser des acquisitions à partir de 2010-2011.

La société d'investissement fait face à une dette obligataire de 2,8 milliards d'euros, jugée trop élevée par l'agence de notation Standard & Poor's. à laquelle il faut ajouter 4,4 milliards d'euros d'endettement destiné à financer l'entrée au capital de Saint-Gobain, a détaillé le président du directoire. Il a confirmé par ailleurs qu'avec la crise et la baisse des marchés financiers le groupe devrait accuser dès le premier semestre, et sur l'ensemble de l'année, une "perte comptable très significative".

Bernard Gautier, membre du directoire, a reconnu que "2009 sera une année extrêmement difficile", une année "comme le groupe n'en pas connu depuis longtemps". Ce sera "un challenge exceptionnel", a-t-il ajouté.

D'autre part, Ernest-Antoine Seillière, président du conseil de surveillance de Wendel, contesté par une minorité d'actionnaires familiaux, a été reconduit dans ses fonctions par 87,96% des votants. Un peu plus de 11% (11,54%) ont voté contre.