L'agroalimentaire résiste

CV avec AFP

— 

Le secteur agroalimentaire a enregistré en 2008 un chiffre d'affaires de 162,9 milliards d'euros, en hausse de 5,5% sur un an, a annoncé lundi Jean-René Buisson, président de l'association nationale des industries alimentaires (Ania) qui affirme ne "pas être pessimiste" pour 2009. "Il n'y a pas de crise majeure dans l'agroalimentaire", a affirmé Jean-René Buisson, lors d'une conférence de presse.

Selon lui, les "vrais sujets d'inquiétude" sont la volatilité des cours des matières premières agricoles et l'accessibilité au crédit bancaire. Une question vitale pour ce secteur constitué de quelque 10.500 entreprises dont plus de 90% sont des PME et plus de 70% des TPE. Donc, "le vrai moment de vérité, ce sera à la rentrée de septembre".

Premier secteur industriel français -avant le secteur automobile-, l'agroalimentaire dont le métier est de transformer les produits issus de l'agriculture et de la pêche est le deuxième employeur en France, derrière la métallurgie. L'agroalimentaire comptait 412.500 salariés en 2008, un chiffre en légère baisse (0,6%) sur un an. Mais il présente un "meilleur maintien" que le reste de l'industrie française (-2%), a fait valoir M. Buisson.

Ce dernier a souligné les besoins en main d'oeuvre du secteur où 10.000 emplois sont non pourvus en raison, selon lui, d'un "manque d'attractivité" de la filière auprès des jeunes. Or, a ajouté M. Buisson, le problème va aller en s'accentuant compte tenu du départ à la retraite dans les cinq prochaines années de 10 à 12% des salariés du secteur, ce qui représentera un potentiel de 28.000 à 33.600 postes à pourvoir.

Signe que l'agroalimentaire parvient à se maintenir: il a enregistré une hausse de 5% des faillites en 2008 par rapport à 2007 contre 12% pour le reste de l'industrie, a souligné Jean-René Buisson. Le nombre de créations de sociétés est également bien supérieur dans le secteur (+36%, contre 4,7%).