Tata met Jaguar au régime

J. Bx avec agences

— 

Jaguar Land Rover va mal. Dans un contexte de crise, le groupe a besoin "d'importantes réductions de coûts", selon Ratan Tata, le président du constructeur indien Tata Motors, maison-mère de la marque de luxe britannique.

Tata Motors a embauché les cabinets de consultants en stratégie KPMG International et Roland Berger pour engager des restructurations dans sa filiale, rachetée l'an dernier à l'américain Ford pour 2,5 milliards de dollars.

Les ventes de Jaguar ont chuté de 20% entre octobre 2008 et mars 2009, tandis que celles de Land Rover ont plongé de 51%, selon Tata Motors. Un effondrement qui a conduit le groupe indien à sa première perte consolidée des sept dernières années.

Le groupe a enregistré un déficit de 25 milliards de roupies (517 millions de dollars) sur l'exercice clos fin mai. A fin mars, Jaguar Land Rover avait pour sa part enregistré une perte de 281 millions de livres (462 millions de dollars).

Opération stratégique

"Je suis convaincu que dans quelques années nous considérerons l'acquisition de Jaguar Land Rover comme une opération stratégique très profitable", a jugé Ratan Tata.

Outre le développement de moteurs hybrides et de carrosserie en aluminium plus légère, le groupe indien entend surtout diminuer capacités et effectifs. Tata Motors veut mettre fin à la production de la Jaguar X-Type et supprimer 300 emplois. Ces réductions d'effectifs s'ajoutent 2.200 postes déjà supprimés depuis septembre.