Warren Buffett a vécu sa pire année d'investisseur

Jocelyn Jovène

— 

11,5 milliards de dollars. C'est la perte de valeur comptable de Berkshire Hathaway, la société holding du milliardaire américain Warren Buffett. Cela ne représente qu'une baisse de 9,6%, mais cette contre-performance fait de 2008 la pire année depuis que Berkshire Hathaway existe et publie ses performance.

Malgré sa réputation d'investisseur le plus avisé dans le monde, celui que l'on surnomme l'oracle d'Omaha, du nom de sa ville de résidence, a reconnu quelques erreurs, parmi lesquelles sa décision d'investir dans le groupe pétrolier ConocoPhillips peu de temps avant que le baril de pétrole, qui avait atteint des sommets à l'été 2008, ne chute brutalement.

Dans l'historique du groupe, la baisse de 2008, la deuxième après celle de 2001 (-6,2%), est la plus mauvaise performance depuis ses débuts en 1965. Berkshire Hathaway rappelle en effet que cette valeur a augmenté en moyenne de 20,3% par an depuis cette date. L'action Berkshire Hathaway a aussi perdu 32% en 2008, passant de 141.600 dollars à 96.600 dollars. Vendredi, l'action cotait 78.600 dollars.

L'année 2008 a fait ressurgir de vieux souvenirs. Dans sa lettre à ses actionnaires, Buffett relève qu'avec l'extension de la crise financière, "le mot d'ordre à travers le pays est devenu celui que l'on voyait fleurir à l'entrée des restaurants, du temps de ma jeunesse: 'En Dieu nous croyons; tous les autres paient cash'."

Et c'est bien ceux qui aujourd'hui ont du cash qui imposent leurs conditions. Buffett s'est bien illustré de ce point de vue, en investissant à des conditions particulièrement avantageuses dans Goldman Sachs, General Electric, ou plus récemment dans Harley-Davidson ou Swiss Re.

Buffett fait toujours preuve de prudence à plus brève échéance. En 2009 "ce sera la pagaille" pour l'économie américaine, avertit l'investisseur.

Sa lettre est l'occasion de rappeler les grands principes qui gouvernent sa stratégie d'investissement dans le contexte actuelle: "maintenir une position financière solide, ce qui passe par d'importantes liquidités, des obligations de court terme, et des douzaines de sources de résultats et de cash; accroître les protections autour de nos différents métiers afin de leur donner un avantage concurrentiel durable; acquérir et développer des sources de profits nouvelles et variées; apporter un environnement porteur pour nos managers, ceux qui, au fil des années, ont donné les résultats exceptionnels de Berkshire Hathaway."

Ces principes, inspirés de l'expérience acquise par Buffett auprès d'une des plus grandes figures de l'investissement, Benjamin Graham, ont permis à Berkshire Hathaway de continuer de surpasser le reste du marché. Entre 1965 et 2008, le rendement annuel moyen dans sa holding a atteint 20,3%, contre 8,9% pour le S&P 500, dividende inclus.