ArcelorMittal vise 1.400 départs volontaires en France

Guillaume Guichard avec AFP

— 

ArcelorMittal va supprimer 1.400 postes en France. Ce plan de départs volontaires, qui s'étalera jusqu'à début 2009, concerne exclusivement les "fonctions supports, c'est-à-dire les employés qui ne sont pas liés directement à la production et ce, partout en France", a expliqué à E24 Patrick Auzanneau, délégué central CFDT à ArcelorMittal à la sortie d'une réunion avec la direction.

Tous les sites français du numéro un mondial de l'acier sont concernés. Ce plan concerne les seuls salariés des "fonctions corporate, administratives et support --achats, commercial, gestion", a indiqué le directeur général France Daniel Soury-Lavergne. D'autre part, il passera "strictement par des départs volontaires", a-t-il affirmé. En France, les salariés sont quelque 6.000 à assurer ces fonctions, sur un effectif total de 28.000 personnes toutes catégories confondues.

Lors de la réunion avec les syndicats, la direction a également proposé de discuter d'un "accord de groupe" qui définira l'organisation des départs et assurera un "traitement équitable" de chaque salarié concerné à travers des "mesures d'accompagnement du volontariat", a-t-il ajouté.

Ralentissement

Les 1.400 postes de ce plan de départs volontaires font partie des quelque 9.000 que le groupe envisage de supprimer dans le monde, comme annoncé jeudi dernier. Ces mesures viennent s'ajouter aux réductions de production annoncées depuis début novembre. Confronté à une chute de la demande mondiale d'acier dans le sillage du ralentissement économique, ArcelorMittal avait alors annoncé une diminution de 35% de sa production mondiale au quatrième trimestre, contre 15% prévu dans un premier temps.