Le gouvernement présente le projet de financement de la Sécu

CV avec AFP

— 

Le gouvernement présente jeudi un projet de budget de la

Sécurité sociale pour 2010 qui devrait prévoir un nouveau déficit record
, malgré des efforts demandés aux malades : 30 milliards d'euros l'année prochaine, après 24 milliards cette année. Selon la commission des comptes, sans nouvelles mesures, le déficit atteindra 33,6 milluards d'euros en 2010.

Face à ces chiffres, le discours du gouvernement ne varie pas : la Sécurité sociale (maladie, retraites, famille, accidents du travail) n'a pas soudain vu ses dépenses exploser, mais elle subit de plein fouet la hausse brutale du chômage, qui se traduit par moins de recettes. D'autant que parallèlement, les salaires des travailleurs n'ont que très peu augmenté en 2009. D'où une

baisse importante des recettes
.

En attendant le retour de la croissance, le gouvernement, qui ne veut pas accroître les cotisations sociales pour compenser cette baisse de recettes, se concentre une nouvelle fois sur la maîtrise des dépenses, en particulier celles de la branche maladie.

Pour les patients, le

forfait hospitalier
, qui représente leur participation aux frais hôteliers lors d'une hospitalisation, actuellement de 16 euros, sera augmenté à 18 euros. D'autre part, les taux de remboursement de médicaments jugés "non indispensables" pourraient baisser, probablement de 35% à 15%, pour certains d'entre eux.

Grogne

Ces mesures ont suscité de vives réactions de la part de l'opposition, des syndicats et d'associations qui déplorent que les patients soient pénalisés. La proposition du président des députés UMP, Jean-François Copé, d'imposer les indemnités d'accidents du travail (dans le cadre du projet de loi de finances) a amplifié la grogne.

Le gouvernement pourrait par ailleurs modifier le dispositif des affections de longue durée (ALD). Il s'agirait d'en faire sortir plus facilement certains patients, pris en charge à 100%, dès lors que leur guérison est acquise.

Le gouvernement veut aussi obtenir des baisses de prix de médicaments et accentuer les contrôles sur les arrêts maladie et les transports sanitaires. Des baisses de tarifs de la radiologie et de la biologie sont aussi envisagées.

Côté retraites, la plupart des syndicats ont fait part de leur soulagement face à la réforme a minima de la majoration de durée d'assurance (MDA) des mères de famille envisagée.

D'autre part, la taxation des retraites-chapeaux, ce système de rémunération des hauts dirigeants, doit augmenter.