L'UE et le FMI prêts à aider la Hongrie

E24 avec AFP

— 

L'Europe et le Fonds monétaire international (FMI) sont prêts à aider le gouvernement hongrois, y compris sur le plan financier, à faire face à la crise sur les marchés, alors que la devise nationale de ce pays a fortement chuté la semaine dernière, a annoncé lundi 13 octobre l'Union européenne (UE).

En particulier, l’Ecofin accueille favorablement la "disponibilité du FMI à apporter son assistance technique et financière selon les besoins qu’aurait la Hongrie, afin de soutenir la confiance et la stabilité, et d’aider à conforter les politiques d’ajustement qui ont été mises en œuvre par les autorités hongroises", indique-t-il.

Résister

La présidence française de l'UE et la Commission européenne ont salué cette initiative et assuré que "l'Union européenne se tient prête à utiliser tous les instruments disponibles dans le cadre du Traité (européen) pour venir en complément d'une possible assistance financière".

La présidence de l'UE et la Commission affirment leur volonté de tout faire "pour soutenir la Hongrie dans la conduite de son économie pendant cette période difficile, afin qu'elle puisse résister aux pressions de marchés qui se sont fait jour malgré l'amélioration" de la situation économique du pays depuis 2006, ajoute le communiqué.

Alors que l'Europe est restée jusqu'ici plutôt épargnée par les turbulences financières mondiales, la Hongrie est particulièrement chahutée par la crise en raison de l'importance des fonds extérieurs pour le financement de l'économie nationale, à l'origine d'un important déficit courant. La devise nationale hongroise avait perdu environ 10% de sa valeur dans la nuit de jeudi à vendredi derniers, avant de se redresser ensuite après que la banque centrale a massivement soutenu la monnaie.

Fuite de capitaux

Les analystes expliquent cette chute par une fuite de capitaux provoquée par un mouvement de panique de certains investisseurs. La Hongrie est aussi fragilisée par le fait qu'elle affiche toujours le déficit public le plus élevé de la région. Le ministre des Finances, Janos Veres, a déjà annoncé la semaine dernière qu'il allait devoir revoir son projet du budget 2009 à cause de la crise.

Ce déficit public a été ramené l'an dernier à 3,8%, après un pic de 9,2% en 2006, grâce une politique d'austérité. Un niveau qui dépasse encore toutefois la limite tolérée dans l'Union européenne, à savoir 3%. Budapest prévoyait jusqu'ici de réduire encore le déficit public national à 3,4% cette année, puis de passer sous la limite des 3% en 2009. Mais avec le ralentissement économique en cours en Europe, il n'est plus certain que ces objectifs puissent être atteints.

Entrée dans l'UE en 2004, la Hongrie n'a pas fixé de date précise pour son adhésion à l'euro, après avoir envisagé de rejoindre la zone en 2006, 2008 puis 2010.