Hermès pessimiste pour les prochains mois

Elsa Meyer avec Agence

— 

Apèrs une bonne année 2008, vu la conjoncture, Hermès est assez pessimiste pour les prochains mois, a annoncé le directeur général Patrick Thomas.

La raison: le retard dans la reprise de l'économie japonaise, le plus gros marché de l'entreprise de luxe.

L'année dernière, Hermès y a en effet réalisé 22% de ses 1,76 milliard de dollars de ventes dans le monde. Mais la croissance au Japon n'est que de 2,3% au second semestre, en baisse par rapport aux premières estimations, et le chômage est à un niveau historique.

"Je ne m'attends pas à voir la lumière au bout du tunnel avant 2010", a indiqué hier Patrick Thomas à l'agence Bloomberg. La crise économique mondiale "a encore une bonne année devant elle, voire plus", a-t-il ajouté. "L'économie japonaise connaît des difficultés et nous en subissons les conséquences".

Même si les ventes d'Hermès dans ses propres magasins ne se portent pas trop mal, dans les grands magasins, la situation est plus compliquée. Patrick Thomas a toutefois tenu à préciser que son entreprise continuait de surpasser ses concurrents. Et le chiffre d'affaire devrait connaître une progression comprise entre 6% et 8% en 2009.

Stratégie

Selon le directeur général, la stratégie d'Hermès va plutôt être d'augmenter la taille de ses magasins et de diversifier ses produits, plutôt que d'ouvrir de nombreux nouveaux points de vente.

Hermès possède déjà 290 magasins et considère qu'un total de 320 sera pour l'instant suffisant. L'entreprise souhaite avant tout continuer à s'implanter dans des pays où sa présence est encore limitée, comme la Chine et les Etats-Unis.