Faurecia propose 800 euros aux grévistes du site d'Auchel

— 

La direction de l'équipementier automobile Faurecia a proposé une prime de 800 euros pour la reprise du travail sur le site d'Auchel (Pas-de-Calais), en grève et bloqué par les salariés depuis le 5 mars. Les salariés avaient décidé le blocage après l'annonce par la direction de la fermeture d'ici fin 2010 de l'usine, ne présentant, selon elle, aucune "perspective économiquement viable dans son cadre industriel actuel". Le projet prévoit la suppression de 179 emplois sur 508, avec un redéploiement des 329 autres postes vers deux autres sites Faurecia, voisins d'Auchel dans le Pas-de-Calais.

Les syndicats de grévistes demanderaient, selon la direction "une prime de préjudice moral de 2.000 euros par salarié pour le déblocage du site", ainsi qu'une "prime de préjudice moral de 5.000 euros par salarié pour accepter de reprendre le travail". Pour sa part, la direction de Faurecia a proposé à l'ensemble des organisations syndicales "une prime de 800 euros" à l'ensemble des salariés, en contrepartie d'une reprise du travail ce lundi 23 mars. Elle s'engage par ailleurs à renouer le dialogue, après la reprise du travail, "pour organiser le reclassement prévu de 329 salariés sur les sites de Marles-les-Mines et d’Hénin-Beaumont, pour déterminer des solutions d’emplois pour les 179 autres salariés et rechercher des projets de ré-industrialisation du site d’Auchel".