Les députés PS veulent supprimer le crédit-revolving

E.M. avec AFP

— 

Le Parti socialiste a défendu ce jeudi matin à l'Assemblée une proposition de loi visant à supprimer le crédit-revolving. Le gouvernement souhaite lui aussi proposer une réforme du crédit renouvelable, mais beaucoup moins radicale.

Le texte, qui sera soumis au vote solennel des députés, mardi, devrait être rejeté: ni l'Etat ni la majorité n'y sont favorables.

Même s'il reconnaît que le crédit à la consommation est "nécessaire et utile à l'économie et aux consommateurs", Jean Gaubert (PS), rapporteur de la commission des affaires économiques, a critiqué le "crédit-rechargeable ou crédit-revolving" dont le nom "ressemblait tellement à un revolver sur la tempe qu'il fallait s'y intéresser".

Celui-ci représente, selon lui, "20% des crédits à la consommation mais 85% des cas de surendettement".

Protéger le consommateur

"On veut protéger les consommateurs de cette spirale qui ressemble à celle des subprimes américaines, cause de la crise", a ajouté le président du groupe PS à l'Assemblée Jean-Marc Ayrault.

Hervé Novelli, secrétaire d'Etat au Commerce, favorable à l'encadrement de ce dispositif a pour sa part rappelé qu'"aucune association de consommateurs ne demande la suppression du crédit renouvelable", ajoutant que "des pans entier de notre économie dépendent du crédit à la consommation".

Projet de loi du gouvernement

Défavorable au texte PS, il a fait valoir que le projet de loi de Christine Lagarde qui encadre le crédit renouvelable avait déjà été adopté par le Sénat et devait être débattu par les députés en décembre.

"Nous sommes allés vite" et nous souhaitons que "le texte soit adopté début 2010", a soutenu M. Novelli face aux accusations de lenteur de l'opposition.

Devant les sept députés de la majorité présents, M. Ayrault a vivement protesté contre "des manoeuvres dilatoires" du groupe majoritaire "pour qu'il n'y ait pas de vote...pour ne pas être mis en minorité".