Objectif Lune pour tous et à quel prix?

Anne-Caroline Berthet

— 

Le 21 juillet 1969, Neil Armstrong marchait sur la Lune. Pour ce faire, les Américains ont déboursé 22,718 milliards de dollars sur 13 ans, la durée du programme Apollo débuté en 1959. Peu importe les dépenses, ils prenaient le leadership dans la conquête de la Lune.

Aujourd'hui nombreux sont les prétendants. Les 384.400 kilomètres séparant la Terre de son unique satellite naturel, soit quatre jours de vol, ne font pas reculer les Etats-Unis, la Chine ou la Russie. Les coûts non plus. Car la Lune cache de tels enjeux que cela n'a pas de prix.

La Lune n'est à personne

Les richesses naturelles et les exploitations "minières" dont l'hélium-3 qui pourrait devenir un supercarburant, l'eau de la Lune, ou encore le magnésium, mais aussi le cobalt ou l'uranium de Mars accessibles via la Lune, stimulent les conquérants au-delà de la reconnaissance de leur puissance politique.

Ainsi à l'heure actuelle la Russie, les Etats-Unis mais aussi la Chine n'hésitent pas à revendiquer leur envie de décrocher la Lune.

Pourtant il est bon de rappeler que d'après le traité de 27 janvier 1967 sur "les principes régissant les activités des Etats en matière d'exploration et d'utilisation de l'espace extra-atmosphérique, y compris la lune et les autres corps célestes" conclu entre Washington, Londres et Moscou, la Lune n'appartient à personne. Mais, sur les 192 États de l'ONU, certains l'ont ratifié (France, Russie, Etats-Unis et Chine notamment) d'autres ne l'ont que signé et une dernière série de pays l'ignore totalement.

"Constellation"

La NASA est la première à mettre en avant son programme "Constellation" approuvé en 2004 afin d'atteindre la Lune d'ici 2020. Le satellite servirait de tremplin pour des vols vers Mars et vers d'autres destinations. Le Congrès américain, généreux, a accordé une hausse de 6% pour le budget NASA en 2005. De même, en 2009, Barack Obama a approuvé une hausse du budget NASA de 5%. "Le budget 2010 de la NASA finance un important programme d'exploration de l'espace incluant des humains et des machine avec pour but de retourner sur le Lune et explorer d'autres destinations…" peut-on lire dans la demande de budget 2010 en ligne sur le site de la NASA.

Dans la partie du budget dédiée au programme de conquête de la Lune on constate que de 2008 à 2009 la somme destinée à cela passe de 41,3 millions de dollars à 105 millions de dollars.145,5 millions sont prévus d'ici 2013. Officiellement la recherche scientifique est l'objet premier de ce programme, avec l'ambition de savoir si la vie sur la Lune ou sur Mars est possible.

Objectif Lune pour la Chine et la Russie

En 2004 Wang Yongzhi expliquait au journal Libération qu'il n'y aurait pas de taïkonaute sur la Lune pour des raisons financières. D'après les témoignages de Zhang Qingwei, ministre de la Commission des sciences, de la technologie et de l'industrie pour la défense nationale, livrés à plusieurs médias la Chine serait pourtant prête à envoyer un homme sur la Lune dès 2020 afin d'y construire une base par la suite. Ce témoignage rejoint celui de Long Lehao, l'un des hauts dignitaires du programme spatial chinois.

La Russie n'est pas en reste, elle prévoit que d'ici 2020-2025 des cosmonautes mettront les pieds sur la Lune, pour une mission habitée, d'après Roscosmos, l'Agence spatiale russe. Un séjour sur Mars est même prévu pour 2035-2040. A l'instar des Américains, la Lune serait ainsi un tremplin vers d'autres destinations célestes et non la fin du voyage.