Réunion au sommet à Veolia

E.M. avec AFP

— 

La réunion s'annonce chargée. Le conseil d'administration du groupe de services Veolia Environnement se retrouve ce lundi "en début de soirée", a-t-on appris de source proche du dossier pour modifier la gouvernance de l'entreprise après l'annonce de la nomination de son PDG, Henri Proglio, à la tête d'EDF.

M. Proglio doit être officiellement nommé PDG d’EDF par décret du président de la République d'ici au 22 novembre, date de la fin du mandat de l'actuel PDG Pierre Gadonneix.

Selon Les Echos, le conseil d'administration de Veolia va convoquer une assemblée générale des actionnaires "pour passer d’une organisation en conseil d’administration à celle en conseil de surveillance et directoire".

Dans ce cadre, M. Proglio conserverait la présidence du conseil de surveillance de Veolia et laisserait la présidence du directoire à une personnalité qui serait désignée ultérieurement.

Le directeur de la branche Eau, Antoine Frérot, pourrait ainsi être amené à prendre ce poste, de source proche du dossier.

Interrogée par l'AFP, une porte-parole de Veolia Environnement n'était pas en mesure de confirmer ces informations lundi.

Rapprochement de Veolia avec EDF

M. Proglio serait en outre partisan d'un rapprochement plus poussé entre le leader mondial de l'eau Veolia et le premier exploitant mondial de réacteurs nucléaires EDF.

Les deux groupes partagent une filiale commune spécialisée dans les services énergétiques, Dalkia. Selon les schémas évoqués par la presse, EDF céderait à Veolia sa participation de 34% dans Dalkia et monterait en échange à 15% du capital de Veolia.

L'entreprise publique deviendrait ainsi le premier actionnaire de Veolia devant la Caisse des dépôts et Consignations (10%).

La ministre de l'Economie Christine Lagarde a affirmé dimanche qu'elle jugerait "sur pièces" de l'intérêt d'un tel rapprochement.

Une nouvelle critiquée

Le Parti socialiste a estimé lundi dans un communiqué que le rapprochement d'EDF avec Veolia ne reposait "sur aucun fondement économique".

"Allier l'eau et l'électricité n'a d'autre sens que d'éloigner un peu plus encore EDF de son statut d'entreprise publique", affirme-t-il.

"La nomination d'Henri Proglio à la tête d'EDF, qui pourrait de surcroît rester au cœur de la gouvernance de Veolia, marque une nouvelle concentration de l'économie française entre les mains de quelques-uns", dénonce le PS.

"La revanche du patronat de l'eau est totale", a enfin réagi SUD Energie dans un communiqué. Le gouvernement "leur a offert d'abord GDF, maintenant il ouvre en grand la porte d'EDF", ajoute-t-il.