En France, moins de 15% de l'approvisionnement en gaz vient de Russie

Delphine Halgand avec AFP

— 

La France n'est pas aussi dépendante du gaz russe que d'autres pays européens. La Russie contribue à "moins de 15%" de l'approvisionnement du groupe GDF Suez, a indiqué Gérard Mestrallet, PDG de GDF Suez au micro de Radio Classique. "Nous avons un portefeuille d'approvisionnement très diversifié, c'est l'un des atouts de la fusion [GDF Suez]. La Norvège et les Pays-Bas contribuent d'ailleurs plus que la Russie à l'approvisionnement de la France et du groupe", a-t-il déclaré. Selon l'Agence Internationale de l'Energie (AIE), la France importe 16% de son gaz de Russie, la Grèce 81%, l'Autriche 67%, l'Allemagne 39% et le Royaume-Uni ou l'Espagne 0%. Ces chiffres illustrent des degrés différents de dépendance face au gaz russe.

GDF Suez affirme avoir le "portefeuille d’approvisionnement le plus diversifié d’Europe avec neuf grandes sources", à savoir la Norvège, les Pays-Bas, l'Algérie, la Russie, l'Egypte, le Royaume-uni, la Libye, le Nigeria, et Trinité-et-Tobago. GDF Suez reçoit en outre 20% de ses approvisionnements par bateau sous forme de gaz naturel liquéfié (GNL).

"La crise russo-ukrainienne n'a aucun impact ni sur nos contrats d'approvisionnement à long terme ni sur la fourniture de gaz à nos clients (...) Il n'y aucune inquiétude à avoir sur l'approvisionnement des consommateurs français", a-t-il précisé.

L'Union européenne importe 57% de son gaz naturel. D'après l'Agence internationale de l'Energie (AIE), les importations de gaz en Europe proviennent à 41% de la Russie, à 21% de la Norvège et à 18% de l'Algérie.