Continental sort du rouge

Guillaume Guichard avec agences

— 

Continental s'est serré la ceinture et a présenté un premier semestre 2009 dans le positif. L'équipementier allemand affiche un résultat d'exploitation positif de 283 millions d'euros au deuxième trimestre (ajusté aux éléments exceptionnels dont les coûts de restructuration), après une perte opérationnelle de 34,3 millions d'euros au premier trimestre. Le groupe cite des chiffres provisoires avant la présentation des résultats semestriels du groupe le 30 juillet.

Ces bons résultats permettent de "dépasser le point mort", et de respecter les obligations de résultat imposées par ses créanciers, selon le groupe.

Son chiffre d'affaires a en revanche de nouveau lourdement chuté, de près de 30% à 4,76 milliards d'euros, selon des chiffres encore provisoires.

Avenir incertain

"Continental a atteint ses objectifs opérationnels malgré des conditions extrêmement difficiles sur ses marchés et un avenir toujours incertain", a déclaré le président du directoire Karl-Thomas Neumann dans un communiqué.

De surcroît, le vaste plan de restructuration mis en place par l'entreprise, qui prévoit plusieurs fermetures d'usines dont Clairoix en France, "a de plus en plus d'effet" sur les comptes, a expliqué le groupe. Depuis le début de la crise en septembre 2008, Continental a dû se séparer de quelque 16.000 salariés, a rappelé son patron.

Si Continental va mieux au niveau opérationnel, le groupe est plombé par une dette de 10,5 milliards d'euros. D'autre part, le groupe avait annoncé en juin qu'il allait examiner d'ici à juillet un rapprochement avec le groupe familial Schaeffler, lui aussi lourdement endetté. Le spécialiste du roulement à billes s'est lourdement endetté pour prendre le contrôle de Continental, trois fois plus gros que lui en termes de chiffre d'affaires et s'est retrouvé à cours de liquidités en raison de la crise économique et financière.