Automobile: manifestation le 17 septembre

— 

Ceux de "Conti", de Goodyear, Ford et encore New Fabris vont monter à Paris le 17 septembre prochain pour manifester leur colère face aux plans sociaux. Plusieurs syndicats CGT d'entreprises de ces entreprises du secteur automobile, ont appelé mardi à manifester le 17 septembre dans la capitale pour lancer "un mouvement de mobilisation".

"Nous appelons à manifester le 17 septembre place de la Bourse à Paris, mais ce ne sera qu'une première étape et on se réunira de suite pour engager rapidement une multitude d'actions les plus convergentes possibles", a déclaré lors d'un point-presse Jean-Pierre Delanoy, responsable CGT à la fédération Métallurgie du Nord-Pas-de-Calais, en ajoutant: "On ne peut pas attendre, la stratégie des confédérations n'est pas la bonne aujourd'hui".

Après les journées de manifestation interprofessionnelle du premier semestre, six des huit grandes confédérations se retrouvaient parallèlement ce mardi à Paris pour aborder la suite de leur action. FO et la CFTC ne participaient pas à cette réunion.

La CGT a proposé une nouvelle journée de mobilisation le 7 octobre, journée mondiale en faveur d'un travail décent, ainsi que le 22 octobre sur "les enjeux industriels".

"On a trop espacé les mobilisations, on a essoufflé les gens", a estimé Michaël Wamen, délégué CGT de Goodyear Amiens, à l'origine de la manifestation du 17 septembre. "Mais il n'y a pas que les Goodyear et les Continental qui souffrent aujourd'hui en France, il y en a plein d'autres et il faut les rassembler pour arriver à peser contre les licenciements boursiers et la criminalisation de l'action syndicale", a dit Michaël Wamen.

"Nous ne voulons pas contrer les confédérations, nous voulons qu'elles rentrent dans notre mouvement, mais il faudrait qu'elles écoutent mieux le monde du travail", a lancé Xavier Mathieu, délégué CGT de Continental. Ce dernier a récemment critiqué de manière virulente Bernard Thibault, le secrétaire général de la CGT.

Les salariés de Continental veulent aussi dénoncer la récente condamnation à des peines avec sursis de six d'entre eux pour le saccage de la sous-préfecture de Compiègne. Ils ont écrit aux confédérations pour leur demander "de discuter d'initiatives communes (...) quelles qu'aient été les divergences qui ont pu exister".

La Fédération CGT de la métallurgie et celle du caoutchouc se sont associées à l'appel à manifester le 17 septembre.