General Motor arrête Saturn

— 

Le constructeur automobile américain General Motors a annoncé mercredi la fin de sa marque Saturn, après l'échec des

GM discussions pour une reprise par Penske Automotive Group,
deuxième distributeur de voitures aux Etats-Unis.

"En raison de la décision de Penske, nous allons abandonner la marque Saturn et son réseau de concessionnaires", a annoncé le directeur général de GM Fritz Henderson dans un communiqué, regrettant de devoir annoncer "une nouvelle décevante alors que nous espérions relancer la marque Saturn pour un nouveau chapitre".

Penske et General Motors avaient annoncé le 5 juin la vente prochaine de la marque Saturn, installée sur le créneau des voitures de gamme moyenne peu gourmandes en carburant, ce qui devait sauver 350 concessionnaires et 13.000 emplois aux Etats-Unis, selon GM.

Occasion unique

Depuis lors, a expliqué Penske mercredi 30 septembre, le distributeur s'est rendu compte qu'il ne lui serait pas possible d'assurer la sortie de nouveaux modèles au-delà des trois modèles promis par GM en juin, faute d'accord avec un autre constructeur.

"Le réseau de concessionnaires Saturn représentait une occasion unique pour Penske", a commenté le directeur général du cabinet d'analystes Edmunds.com, Jeremy Anwyl, mais "le risque était dans l'approvisionnement en (nouveaux modèles), et cela a été trop difficile à surmonter pour que l'affaire se conclue", a-t-il souligné.

Il y a quelques mois, le groupe

Renault avait été évoqué par la presse comme partenaire potentiel pour assurer la survie de Saturn
.

Américano-américaine

Saturn, une marque uniquement présente aux Etats-Unis et au Canada, avait été créée en 1985 par GM pour concurrencer les automobiles japonaises, mais elle a vu son originalité s'affadir au fil des ans.

Depuis le début de sa commercialisation, la marque a vendu 4 millions de véhicules, mais ses immatriculations neuves sont tombées à 188.000 véhicules en 2008 (-22%).

Saturn est la deuxième marque de General Motors à succomber purement et simplement à la grave crise financière du constructeur, qui a échappé de justesse à la faillite pure et simple. La disparition de la marque Pontiac avait déjà été annoncée il y a quelques mois.

La cession de Saturn à Penske avait été annoncée en juin, quatre jours après le dépôt de bilan de General Motors, qui depuis lors a été relancé grâce à une importante prise de participation gouvernementale.

Quatre marques

Allégé d'une partie de ses marques, et

recentré sur les enseignes Chevrolet, Cadillac, GMC et Buick, General Motors
estime qu'il pourrait redevenir bénéficiaire d'ici à 2011, et accroître sa production de 3,8 millions de véhicules en 2009 à 6 millions d'ici à 2014.

Dans le cadre de sa restructuration,

GM est en passe de céder 65% de ses marques européennes Opel et Vauxhall
à un consortium canado-russe formé de l'équipementier Magna et du groupe bancaire Sberbank, ainsi qu'aux salariés qui devraient récupérer 10% de la société, selon un accord devant être finalisé dans les semaines qui viennent. Même si in fine,
GM aimerait ne pas trop s'éloigner d'Opel
. L'accord tarde donc à se finaliser.

Le constructeur est également en passe de céder l'intégralité de ses parts dans le constructeur suédois Saab au constructeur suédois Koenigsegg, associé au Chinois BAIC, tandis que les gros 4x4 Hummer devraient revenir au groupe chinois Tengzhong.