Le moral des industriels et des ménages se redresse lentement

T.V

— 

Le bout du tunnel? Le moral des industriels dont le secteur a beaucoup souffert et celui des ménages dont la consommation soutient encore l'activité se relèvent en mai. Ces signaux restent fragiles mais s'inscrivent dans un retournement de tendance depuis mars-avril.

"Les deux enquêtes suggèrent que la conjoncture est un peu moins maussade depuis le début du printemps et que la situation devrait se stabiliser à partir de l’été. Nul besoin de disserter longtemps sur la forme de cette reprise: tout au plus pourra-t-on dire aujourd’hui que sa pérennité est loin d’être garantie.", analyse Alexander Law (Xerfi).

Baisse des stocks

En mars, après quinze mois de baisse continue, l'indicateur du climat des affaires dans l'industrie avait atteint son plus bas niveau depuis sa création, à 68 points. Le redressement s'est amorcé en avril et en mai, le moral des industriels a gagné un point pour s'établir à 72. Mais il reste "toujours à un niveau très bas", bien inférieur à celui d'avant le choc de la crise internationale à l'automne dernier, a indiqué l'Insee, mercredi 27 mai.

"Les entrepreneurs de l’industrie manufacturière estiment que la baisse de leur activité passée s’est quelque peu atténuée. Parallèlement, les stocks de produits finis se dégarnissent et sont désormais jugés proches de leur niveau moyen de longue période. En revanche, les carnets de commandes, globaux comme étrangers, se dégarnissent à nouveau et demeurent considérés comme très peu étoffés.", explique l'Insee dans son enquête de conjoncture.

"L’activité industrielle est très faible mais stabilisée. Un rebond technique est possible dès septembre pour reconstituer les stocks. Mais le niveau des carnets de commande écarte tout espoir de reprise forte", explique Nicolas Bouzou (Asterès)

Climat des affaires dans l'industrie depuis 1992 (Insee)

Le moral des ménages français, c'est-à-dire leur opinion sur l’évolution future de leur niveau de vie, a poursuivi sa lente remontée au mois de mai. Le solde mesurant le moral des ménages, qui avait atteint un plancher historique en juillet dernier à -47 points, était à -43 en février, à -42 en mars et -41 en avril, selon les enquêtes de l'Insee. Mais comme pour l'indicateur du climat des affaires, le moral des ménages reste "à un niveau très bas" pour s'établir à -40 points en données corrigées des variations saisonnières.

"Les ménages sont légèrement plus optimistes sur leur situation financière future. L’opportunité de faire des achats importants progresse un peu en mai.", indique l'Insee. Mais "l’opinion des ménages concernant le chômage se dégrade de nouveau nettement. Celle sur leur situation financière actuelle se détériore aussi, quoique plus légèrement." Ils ne se sentent donc pas dans une période favorable pour épargner.

Moral des ménages depuis 1995 (Insee)