L'internet mobile, future manne pour les publicitaires

A.-S. G.

— 

L'internet mobile est le futur relais de croissance pour les publicitaires. Selon les résultats de l'étude du premier Observatoire de l'Internet mobile (réalisée en partenariat avec GroupeM et SBW) les dépenses publicitaires mondiales sur mobile devraient atteindre 5,1 milliards d'euros en 2009, 8 milliards d'euros en 2010 et 14 milliards d'euros en 2012. "Sur ces prévisions, le marché publicitaire français avoisinerait 3% du marché mondial en 2012 soit 400 millions d'euros", précise l'Observatoire.

Ce nouvel usage des téléphones portables devrait exploser alors que le mobile est rentré dans les moeurs. 97% des 16-60 ans sont équipés d'un téléphone mobile. 52% détiennent un téléphone leur permettant de se connecter à internet et 43% ont un abonnement qui leur permet de surfer sur le web. Pourtant, pouvoir se connecter à internet n'est pas encore un critère de choix pour l'achat d'un portable: seulement 6,1% des personnes interrogées retiennent le critère des services et contenus internet mobile contre 51,6% qui regardent avant tout le prix.

Les opérateurs sont les grands gagnants des mobinautes, les personnes qui vont au moins une fois par semaine sur internet. En seconde position arrivent les moteurs de recherche puis les sites pratiques, comme météo France, les pages jaunes, ou encore AlloCiné. Les réseaux sociaux attirent aussi les mobinautes, notamment Facebook, premier site consulté par mobile.

L'internet mobile est encore émergent, mais représente un potentiel pour les publicitaires. Pour peu que la pub soit mieux ciblée. 56% des personnes estiment que les pub sont trop intrusives. A contrario, 36,5% des 16-60 ans seraient intéressés par des services géo-localisés, des bons plans, des informations de quartier. "Cet intérêt peut mener à de nouvelles formes de publicité, en offrant aux mobinautes un service d'information local gratuit, sponsorisé par les annonceurs, dans une logique de service de proximité", conclut l'Observatoire.

Source: Etude Mpanel du 13 mars au 18 mars 2009. Base de référence: possèdent un téléphone mobile.