Réorganisation interne chez Shell

T.V avec AFP

— 

Le nouveau patron du géant pétrolier anglo-néerlandais Royal Dutch Shell, Peter Voser, a annoncé mercredi 27 mai, une réorganisation majeure de la structure d'activités du groupe, sans en chiffrer l'impact tant en matière financière qu'en termes d'emplois. Le principal changement dévoilé consiste en un regroupement des activités "amont" dans deux divisions (une pour les Amériques, "Upstream Americas", et l'autre pour le reste du monde, Upstream International) au lieu de trois jusqu'ici ("exploration et production", "gaz et énergie" et "sables bitumineux").

L'actuel dirigeant de la branche exploration et production, Malcolm Brinded, prendra la tête de la nouvelle division Upstream International, a précisé le groupe, dans un communiqué publié à l'occasion d'un séminaire de ses cadres supérieurs à Berlin. Parmi les autres décisions annoncées, la division "aval" va récupérer les activités d'énergies renouvelables du groupe, hormis celles dans l'éolien qui resteront dans la partie "amont", et une nouvelle division "projets et technologie" verra le jour.

Démission

Tous ces changements prendront effet le 1er juillet, coïncidant avec la prise de fonctions formelle du nouveau directeur général Peter Voser, l'actuel directeur financier de Shell qui avait été désigné à l'automne dernier pour succéder à Jeroen van der Veer. Cette réorganisation en profondeur de l'organigramme du groupe était attendue depuis l'annonce mardi de la démission de la patronne de la branche "gaz et énergie", Linda Cook, candidate malheureuse à la direction générale.

Des analystes y avaient vu un prélude à une telle réorganisation, indiquant que Malcolm Brinded était bien placé pour récupérer tout ou partie de ses activités. Le groupe n'a donné aucun chiffre quand aux économies espérées, et a également gardé bouche cousue quand aux inévitables suppressions de postes qui risquent d'en découler. Mardi, le site royaldutchshellplc.com, animé par d'anciens employés opposés à la direction du groupe pétrolier, avait affirmé en s'appuyant sur des sources internes que le nouveau de Shell avait décider de supprimer un tiers des postes de cadres supérieurs.

"Les changements que nous avons annoncés vont avoir un énorme impact sur notre organisation", s'est contenté d'assurer Peter Voser dans le communiqué, promettant un processus de décision "accéléré" et une plus grande prise de responsabilités personnelle des membres de l'état-major du groupe.