Les musées nationaux gratuits pour les moins de 25 ans

E24 avec AFP

— 

Dès le 4 avril, tous les jeunes de moins de 25 ans pourront déambuler dans les musées nationaux gratuitement. C'est la principale mesure à destination du grand public, annoncée par nicolas sarkozy dans ces voeux présidentiels au monde de la culture, prononcés à Nîmes. Cette mesure de gratuité "ne tue pas les musées, au contraire, car les jeunes qui ont l'habitude d'aller au musée" iront également quand ils seront adultes, a jugé le chef de l'Etat.

Le coût de cette mesure, qui sera compensée financièrement aux établissements, est évalué à 25 millions d'euros par an. Pour 2009, cette somme pourra être prélevée des 5% de budget que doit geler chaque année chaque ministère, a précisé le ministère de la Culture.

Le ministère de la Culture avait mené au premier semestre 2008 une expérimentation de gratuité totale (pour les collections permanentes) dans quatorze établissements nationaux et des expériences plus ciblées à destination des jeunes dans des musées parisiens. Des études avaient montré que l'expérience de gratuité totale avait provoqué une hausse de fréquentation, parfois spectaculaire, mais attirait toujours le même type de visiteurs, contrairement à l'effet recherché.

Le chef de l'Etat a surpris en annonçant également la création prochaine d'un "musée de l'Histoire de France", pour "renforcer l'identité" nationale, sans donner de détails, sauf à dire qu'il sera installé dans "un lieu symbolique". Le Président a également voulu se poser en défenseur du patrimoine en s'engageant à une rallonge budgétaire annuelle de 100 millions d'euros pour la restauration du patrimoine, et ce pendant toute la durée de sa présidence.

Mais face à un monde culturel qui est réputé lui être plutôt hostile et pencher nettement à gauche, M. Sarkozy a également plaidé pour jouer la carte de l'audace et du dialogue, fustigeant "le conformisme des élites". Il a réclamé en particulier un allègement du code de l'urbanisme et s'est prononcé pour davantage d'audace dans l'architecture. Il a défendu des projets culturels controversés comme l'exposition de l'Américain Jeff Koons au chateau de Versailles ou l'installation d'une annexe du musée du Louvre à Abou Dhabi.

Enfin, Nicolas Sarkozy a annoncé qu'il présidera, aux côtés de la ministre de la Culture et de la communication, un "conseil pour la création artistique" destiné à "recentrer les aides sur l'excellence artistique". Ce conseil sera animé par Marin Karmitz, 70 ans, producteur, exploitant, distributeur et fondateur de la société MK2, spécialisée dans le cinéma indépendant, et réputé à gauche. M. Karmitz avait estimé le mois dernier que Nicolas Sarkozy avait "peut-être sauvé France Télévisions" en annonçant la suppression de la publicité, un mois après avoir signé un texte au contraire très hostile à la réforme de l'audiovisuel public.