"Les Français sont parmi les moins consommateurs de glaces d'Europe"

Propos recueillis par Delphine Halgand

— 

E24 - Quel consommateur de glaces est le Français?

Christian Millet - Un Français consomme en moyenne 6 litres de glace par an, 70% sont dégustés à la maison et 30% en dehors. Les Français privilégient largement les glaces aux sorbets (80% des ventes contre 20%). Côté parfums, ils préfèrent la vanille, le chocolat, le rhum raisin, le café, la menthe, la pistache et le caramel pour les glaces. La framboise, le citron jaune, la poire, la noix de coco, le cassis et le citron vert tiennent, eux, les premières places pour les sorbets.

Comment se situe le consommateur français par rapport à ses voisins européens?

Les Français sont parmi les moins consommateurs de glaces d'Europe. Les Finlandais (13,3 litres/an/habitant) et les Suédois (12,4 litres) en sont les plus friands. Suivent les Italiens (9,3 litres), les Britanniques (8,6 litres) et les Allemands (7,3 litres).

Comment expliquez-vous cette faible consommation?

En France, en termes de desserts nous avons l'embarras du choix avec les fruits frais, les pâtisseries traditionnelles et les produits laitiers. La glace est moins présente dans notre culture que dans celle des Italiens, par exemple. De plus, notre consommation annuelle est plus que partout ailleurs liée à la météo. Dans les pays nordiques, en revanche, ils ont moins de choix de desserts et sont culturellement attachés aux glaces.

Quelles vont être les tendances des glaces en 2009 face à la crise?

Les glaces ne vont pas changer avec la crise. Les glaces fonctionnent comme la mode par collection. Or la saison 2009 a été présentée en décembre dernier. En revanche, la quantité consommée sera peut être révisée à la baisse. L'année 2008 ne nous donne pas d'indications. La haute saison de la glace s'est finie avant le début de la crise.

Mais un bon été ensoleillé pourrait certainement gommer l'impact de la crise. On peut également soutenir l'idée que la glace est un produit particulier, d'exception, qu'on achète pour se faire plaisir. Et qu'il n'est pas si onéreux. Parions donc que les Français préserveront ce plaisir pendant la crise.