Les résultats de GDF Suez portés par la vague de froid

A.-S. G. avec AFP

— 

Au premier trimestre, GDF Suez a vu son chiffre d'affaires croître de 11,7% à 25,6 millions d'euros pour un résultat brut d'exploitation (Ebitda) en hausse de 14,7% à 5,3 millions d'euros, grâce notamment à un hiver froid en Europe, a-t-il indiqué dans un communiqué.

Le groupe français, issu de la fusion de Gaz de France et Suez, explique ces résultats par "un contexte climatique favorable sur le 1er trimestre 2009", à savoir un hiver froid en Europe.

Cette météo rigoureuse a ainsi permis d'atténuer l'impact de la baisse des prix des produits pétroliers, en soutenant la demande de chauffage Le cours du baril de pétrole brut, sur lequel sont indexés les prix du gaz, a évolué entre 40 et 60 dollars depuis le début de l'année, contre 97 dollars en moyenne en 2008.

Cette baisse des prix énergétiques n’a pour l'heure "affecté que modérément les activités d’exploration et de production", affirme en outre GDF Suez, qui bénéficie de prix d'achats de gaz calculés sur des périodes de plusieurs mois.

En France, l'activité de la branche énergie a progressé de 21,5%. Près de la moitié de cette hausse (44%) de l'activité s'explique par le froid.

Ainsi, si les températures avaient évolué dans leur moyenne saisonnière, la hausse du chiffre d'affaires n'aurait été que de 9,7% dans cette branche.

GDF Suez estime avoir subi un manque à gagner de 363 millions d’euros en France au 1er trimestre du fait de "la non-répercussion de la totalité des coûts" dans les tarifs réglementés, c'est-à-dire de la hausse insuffisante des tarifs du gaz fixés par l'Etat. Les tarifs réglementés du gaz ont baissé de 11,3 % au 1er avril, "sans toutefois introduire de rémunération de l’activité de commercialisation", indique GDF Suez.

Le groupe a confirmé sa prévision de réaliser en 2009 un résultat brut d'exploitation (Ebitda) "en croissance" par rapport en 2008, "en dépit d’une conjoncture économique et de prix de l’énergie déprimés".

En outre, GDF Suez a fait savoir que les 19 membres du comité exécutif de GDF Suez ne recevront pas de stock-options au titre de l'année 2009, a annoncé le PDG du groupe d'énergie, Gérard Mestrallet, au cours de l'assemblée générale des actionnaires.

A la suite d'un mouvement de protestation des syndicats, Gérard Mestrallet et Jean-François Cirelli, vice-président de GDF Suez, avaient renoncé fin mars au 1,13 million de stock-options qui leur avaient été accordées au titre de l'année 2008.