Le G8 se penche sur l'Afrique

J. Bx avec AFP

— 

Après s'être élargi jeudi 9 juillet aux grands pays en développement, le G8 réuni à L'Aquila, en Italie, va recevoir vendredi 10 juillet les représentants de l'Algérie, de l'Angola, de l'Egypte, de l'Ethiopie, de la Libye, du Nigeria, du Sénégal, de l'Afrique du Sud et d'une délégation de l'Union africaine.

La grande nouveauté devrait être l'annonce par le président américain Barack Obama d'une initiative de 15 milliards de dollars du G8 et de pays émergents pour garantir la sécurité alimentaire dans le monde, alors que le premier ministre britannique Gordon Brown s'est déjà alarmé d'une "catastrophe de la faim imminente." L'objectif est de permettre aux pays les moins favorisés de revenir à des niveaux suffisants de cultures vivrières.

Le sommet se penchera aussi sur la gestion des terres agricoles, face notamment aux achats massifs de surfaces cultivables en Afrique. Le G8 veut "élaborer une proposition concernant les principes et les bonnes pratiques de l'investissement agricole international."

Aide au développement

Pour le reste, il s'agira pour le G8 de réaffirmer ses promesses d'augmenter l'aide publique au développement en faveur de l'Afrique et d'accroître "avec d'autres donateurs" de 25 milliards de dollars par an cette aide sur la période 2004-2010, selon le texte d'une déclaration obtenue par l'AFP. Des promesse vieilles de 2005, date du sommet de Gleneagles (Ecosse), et qui sont pour grande partie restée lettre morte, au grand dam des pays africains et des Organisations non gouvernementales.

Selon l'Onu et l'Union africaine, près d'un quart seulement de la somme initialement promise a été versée.

La journée de vendredi doit débuter par un petit déjeuner de travail à 08h30 heure de Paris, suivi d'une session de travail finale, avant, à partir de 13h00, les conférences de presse finales des dirigeants des pays participants.