Soupçons d'entente sur le marché du gaz en bouteille

J. Bx avec AFP

— 

Les sociétés Antargaz (groupe UGI), Butagaz (Shell), Primagaz (SHV) et Totalgaz (groupe Total) ont été accusées d'entente sur le marché du gaz en bouteille par l'Autorité de la Concurrence, selon des informations de La Tribune, en partie confirmées par les sociétés visées.

L'Autorité de la concurrence reproche aux quatre producteurs "un abus de position dominante" et des "pratiques concertées sur les prix", indique vendredi 21 août le quotidien économique, qui précise que l'autorité administrative leur a transmis ces griefs le 21 juillet. Contactée par l'AFP, l'Autorité de la Concurrence a refusé de commenter ces informations.

Les sociétés Antargaz, Butagaz et Totalgaz ont en revanche confirmé à l'AFP avoir reçu une notification de griefs du gendarme de la concurrence. Cette notification "concerne un présumé comportement anticoncurrentiel sur le marché du gaz en bouteille", a indiqué un porte-parole du groupe Shell. "Nous allons maintenant examiner le document pour voir ce qui nous est reproché et quelles sont les actions à prendre", a-t-il ajouté.

1999-2004

Le groupe Total a précisé que les griefs portaient sur la période 1999-2004. Dans une annexe à ses comptes consolidés, publiée le 31 juillet, Total avait évoqué une "notification de griefs envoyée en juillet 2009" concernant des "pratiques anticoncurrentielles alléguées" et portant sur une ligne de produits de sa branche raffinerie et marketing.

Un directeur d'Antargaz a indiqué que la société étudiait "le dossier", sans plus de commentaire. Contactée par l'AFP, la Compagnie des gaz et pétrole Primagaz n'avait pas donné suite vendredi en fin de matinée.