Le pétrole sous les 60 dollars le baril

E24 avec AFP.

— 

Le pétrole plonge, mardi 11 novembre, sous le seuil de 60 dollars à New York, un plus bas depuis mars 2007 et sous les 56 dollars à Londres. Les craintes sur la consommation d'or noir repartant de plus belle au lendemain d'un éphémère rebond suscité par le plan de relance chinois peuvent expliquer ce niveau.

Le pétrole est passé sous la barre des 55 dollars pour le baril échangé à Londres et 59 dollars pour celui échangé à New York. Vers 16h00, le baril à Londres était passé sous les 55 dollars.

Retrouvez l'interview de Jean-Marie Chevalier, en cliquant ici.

Baromètre

Les prix du pétrole renouaient avec l'implaccable tendance baissière qui prévaut depuis l'été: ils ont plongé à 59,60 dollars le baril à New York et à 56,43 dollars à Londres, à l'unisson avec les Bourses d'action. Les marchés boursiers sont en effet repassés dans le rouge ce mardi, l'optimisme suscité par le plan de relance en Chine s'effaçant au profit des craintes pour la santé des entreprises, en particulier pour le géant automobile américain General Motors au bord du dépôt de bilan.

Depuis plusieurs semaines les investisseurs utilisent les mouvements des Bourses comme baromètres des perspectives de demande. Le plan de relance chinois avait pourtant été salué avec un cours qui avait repris jusqu'à 4 dollars.

La dégringolade vertigineuse des prix pourrait pousser l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) à procéder à une nouvelle baisse de la production lors de la prochaine réunion de l'Organisation à Oran (Algérie), le 17 décembre. Décidée fin octobre à Vienne, une réduction de 1,5 million de barils par jour de la production est à l'oeuvre, mais elle a échoué pour l'heure à enrayer la chute des prix, face à la contraction brutale de la demande dans le sillage d'un fort ralentissement économique mondial.

Notre diaporama sur les principaux pays exportateurs de pétrole, ici.

Une perte de 60%

Par rapport à leurs records du 11 juillet (147,50 dollars à Londres, 147,27 à New York), les cours du pétrole ont perdu plus de 60% de leur valeur.

Deux rapports cruciaux seront présentés cette semaine par l'Agence internationale de l'énergie (AIE), qui défend les intérêts des pays consommateurs: jeudi elle publiera son rapport annuel de prévisions à long terme, dont le contenu, très haussier, a déjà été révélé la semaine dernière. L'AIE table sur une moyenne de 100 dollars le baril pour le prix du pétrole sur la période 2008-2015, hors inflation. Ces prévisions haussières devraient contraster avec le rapport du mois de novembre à paraître jeudi, qui devrait constater la contraction de la demande dans les pays industrialisés. Le rapport hebdomadaire du Département américain de l'Energie paraîtra jeudi également, avec un jour de retard en raison d'un jour férié (mardi) en l'honneur des anciens combattants aux Etats-Unis.