Facebook génèrera 500 millions en 2009

Guillaume Guichard avec agence

— 

Combien gagne Facebook? La question, qui taraude les analystes depuis que le site de socialisation existe, a enfin une réponse officielle. "Cette année, Facebook réalisera 500 millions de dollars de chiffre d'affaires", a déclaré à Reuters Mark Andreessen, membre du conseil d'administration du site qui vient de lancer un fonds de capital risque. Connu pour avoir créé le navigateur Netscape, l'entrepreneur ne se fait pas de souci pour la santé financière du site.

"Si les dirigeants de Facebook poussaient un peu plus la monétisation (de leur audience, ndlr), ils afficheraient plus d'un milliard de dollars cette année", a avancé Mark Andreessen. Il est plus important, à ce stade du développement de la plateforme sociale, de faire croître l'audience et de gagner des parts de marché, a-t-il expliqué en substance à Reuters.

Les derniers articles de presse sur la situation financière du réseau social évoquaient 5 trimestres d'excédent brut d'exploitation positif et une croissance de 70% des ventes en 2009. La firme eMarketer estimait à 265 millions de dollars les revenus de Facebook en 2008 et les coûts de fonctionnement étaient évalués l'année dernière entre 200 et 300 millions de dollars.

Si Facebook compte plus de 225 millions d'utilisateurs de par le monde, question revenus, il n'en est qu'à ses balbutiements, d'après l'investisseur. "J'ai toutes les raisons de croire que Facebook générera des milliards de dollars de chiffre d'affaires dans les cinq ans". Et le membre du conseil d'administration de regretter de ne pas avoir investi dans Facebook. Une erreur qu'il n'a pas reproduite avec Twitter, ayant investi dans le site de microblogging. Qui ne gagne pas un centime pour le moment.

A quoi pourrait donc ressembler une monétisation plus poussée du réseau social? Pour l'imaginer, il faut se tourner vers le site japonais Mixi et le coréen Cyworld, qui proposent tous deux une formule payante de leurs services en ligne. D'autres, comme Debra Aho Williamson, analyste chez eMarketer, estiment que Facebook pourrait vendre les données personnelles récoltées auprès des utilisateurs. Attention cependant, ce dernier point fait polémique.