Hausse de 25% des défaillances d'entreprises dans le monde

— 

"Pour la première fois depuis trente ans, une crise économique frappe simultanément de part et d’autre de l’Atlantique. Depuis 1973, on n’a jamais observé un ralentissement européen qui ne fût pas associé à un ralentissement de l’économie américaine", observe la directrice des études d'Euler Hermes, Karine Berger.

En 2008, la contraction des PIB s’est produite pratiquement au même moment. La cause en est simple, la globalisation n'a jamais été aussi profonde, ce qui constitue un levier de diffusion rapide. "Cette mise en résonance peut expliquer que l’augmentation des défaillances, avec une prévision en moyenne mondiale de +25 % à la fois en 2008 et en 2009, frappe des secteurs identiques dans des pays très éloignés, alors même que ces secteurs ne sont pas tous liés au commerce mondial, note Karine Berger. Les deux premiers secteurs subissant l’envolée des défaillances dans de nombreux pays sont l’immobilier et la finance: sur les dix principales défaillances enregistrées en 2008 aux Etats-Unis, cinq sont dans l’intermédiation financière et trois dans l’immobilier, tandis qu’au Japon, les chiffres sont respectivement de quatre et cinq", ajoute-t-elle.

France

Après une progression du nombre de défaillances d'entreprises françaises de 6% en 2007, la tendance s'est accélérée avec une hausse de 12% au cours des dix premiers mois en 2008. C'est la plus forte augmentation depuis 1992. "La remontée de la sinistralité touche désormais l'ensemble des entreprises sans distinction de taille ou de secteur d'activité et s'étend à toutes les régions", observe Euler Hermes. Les entreprises employant plus de 200 salariés ne sont plus épargnés (+30%).

"Les difficultés des entreprises ne cessent de croître dans la construction (+19%) et l'immobilier (+41%). Dans les transports (+20%), les entreprises qui ont été pénalisées par la forte augmentation des prix du carburant sont confrontées désormais au repli des volumes transportés. En comparaison, l'industrie a jusqu'à présent relativement résisté", observe Euler Hermes.

Un signe de l'érosion du pouvoir d'achat des ménages est net, les défaillances dans le commerce de détail et l'hôtellerie-restauration ne cessent d'augmenter (respectivement +21% et +25%).

2009

Pour Euler Hermes, "les perspectives pour 2009 se sont assombries (...) car malgré les mesures annoncées par les pouvoirs publics pour soutenir la croissance et favoriser l'accès au financement, le retour de la confiance prendra du temps".