Voyager debout avec Ryanair?

D.H. avec AFP

— 

Après les toilettes payantes dans les avions et les surtaxes pour les passagers les plus lourds, voilà la nouvelle trouvaille de Ryanair, la compagnie low cost aime décidément lancé des idées en l'air pour observer les réactions. La dernière idée de Ryanair n'en est qu'à "un stade de développement très précoce", a insisté le porte-parole Stephen McNamara. Il a cependant précisé qu'il pourrait s'agir d'installer d'un côté de l'avion quatre rangs de trois supports, munis de ceinture de sécurité et "de tous les équipements de sécurité" permettant à une douzaine de passagers de voyager "assis verticalement".

Réduction jusqu'à 50%

"Ils ne seraient pas complètement debout, ils auraient quelque chose comme un tabouret sur lequel s'appuyer ou s'asseoir", a expliqué Stephen McNamara, qui a remarqué que la compagnie chinoise Spring Airlines était elle-même en discussion avec Airbus pour une adaptation similaire. Les sièges seraient gratuits ou avec une réduction allant jusqu'à 50%, selon Stephen McNamara.

Avec Boeing voir si c'est possible

Ryanair, qui a une flotte composée de 737-800, mais qui négocie actuellement avec Boeing et Airbus sur de nouvelles commandes, ne discute qu'avec Boeing de cette affaire, "pour voir d'abord si c'est possible sur notre flotte actuelle". Mais "si Boeing ne peut pas le faire nous n'irons pas plus loin", a souligné Stephen McNamara, remarquant qu'il faudrait ensuite, le cas échéant, obtenir l'aval de l'Autorité de l'aviation irlandaise avant de lancer le projet.

Projet repoussé sine die

Récemment, le projet de faire payer l'utilisation des toilettes de l'avion, qui avait beaucoup fait parler de Ryanair dans les medias, avait été repoussé sine die, avec pour explication que Boeing n'était pas en mesure de construire le dispositif adapté sur la porte des toilettes. "Michael (O'Leary, le directeur général de Ryanair) réfléchit toujours à cette idée, mais nous ne pensons pas la développer avant trois ou quatre ans", a indiqué lundi Stephen McNamara. Ryanair avait aussi lancé, puis abandonné, l'idée de faire payer davantage les passagers les plus lourds.