10.000 emplois perdus dans les services automobiles

JJ avec agence

— 

Il n'y pas que les constructeurs automobiles qui perdent des emplois en masse. Selon le Conseil national des professions de l'automobile (CNPA), le secteur des services automobiles (distribution, réparation) a perdu quelque 10.000 emplois sur les neuf derniers mois sur un total de 340.000 salariés, a indiqué jeudi Patrick Bailly, président de l'organisation. Selon le dirigeant, ces pertes d'emplois sont peu visibles car elles concernent des petits nombres de salariés dans chaque entreprise dans un secteur constitué de PME.

Après une perte de 7.000 emplois au premier semestre 2009, "le deuxième semestre sera peut-être sur une tendance un peu plus faible" selon les indications venant des adhérents du CNPA, a dit Patrick Bailly devant des journalistes. Le CNPA, qui réunissait mercredi et jeudi son 40ème congrès, a présenté à cette occasion son premier baromètre trimestriel sur la situation des services automobiles.

Tendances

"La tendance est nettement négative" pour le commerce et de la réparation de voitures, a déclaré M. Bailly. Le chiffre d'affaires du deuxième trimestre a reculé de 4,5% par rapport à la même période de 2008. Il s'agit de la quatrième baisse trimestrielle consécutive depuis la mi-2009 et de la plus importante. "Ce serait surprenant qu'on traverse une crise aussi brutale sans avoir de casse", a ajouté le président du CNPA, qui observe que le résultat financier est négatif pour la plupart des réseaux.

Dans le commerce et la réparation de véhicules industriels, la chute a atteint 40% au deuxième trimestre après 36% au premier trimestre, une situation jugée "très difficile", par Patrick Bailly. L'activité de ventes de voitures neuves a connu une baisse moins prononcée au deuxième trimestre (-2%) qu'au premier (-8%), grâce notamment à la prime à la casse.

Primes

M. Bailly a estimé que si cette prime était supprimée à la fin de l'année, "ce serait une catastrophe". "Le gouvernement se rend bien compte (...) qu'il ne peut pas arrêter brutalement", selon le président du CNPA.

Du côté du véhicule d'occasion, "le marché est difficile, les stocks vieillissent et sont mal constitués avec une très mauvaise rotation de certains modèles", a observé M. Bailly. Les ventes ont reculé de 10% au deuxième trimestre. Quant aux ventes de véhicules industriels, elles sont en chute libre: -52% au deuxième trimestre 2009 après -47% au premier trimestre.

Nouveaux métiers

Le secteur de la réparation est aussi touché à la fois par la baisse des ventes, liée à la crise, mais aussi parce que les automobilistes roulent moins et ont moins besoin d'entretien, et en raison de l'amélioration de la qualité des voitures. Le congrès du CNPA a notamment évoqué la place future du véhicule électrique dans le commerce et la réparation automobile.

"Il faut y voir des opportunités de business" pour les concesionnaires qui pourront "offrir des services liés au véhicule électrique" comme des points de recharge, a affirmé Christophe Chèvreton, de Renault. "Ce sont de nouveaux métiers", a reconnu Patrick Bailly. "Même si vous avez l'apparition de quelques milliers de voitures électriques, avant qu'on ressente un changement profond dans la réparation, il faudra des années voire des dizaines d'années", a-t-il ajouté.