La BCE confirme son soutien au crédit

E.M. avec AFP

— 

La Banque centrale européenne (BCE) juge la santé de l'économie encore trop fragile pour penser à retirer ses mesures de soutien au crédit, a déclaré lundi son président Jean-Claude Trichet.

"Nous attendons une reprise très progressive. Cette prévision reste entourée d'incertitudes élevées (...)", a-t-il souligné lors de son audition régulière devant le comité des affaires économiques et monétaires du Parlement européen.

Le niveau des taux directeurs est donc pour le moment "approprié", a estimé le Français. Le principal taux, baromètre du crédit en zone euro, est fixé à 1%, un niveau historiquement bas. Et la BCE va continuer à abreuver les banques en liquidités bon marché via le marché monétaire.

Mais "la forte intervention" de la banque centrale sur le marché "ne pourra pas être maintenue pour toujours", a-t-il prévenu.

Il a appelé les banques à être à la hauteur de leur responsabilité, alors que l'octroi de crédit stagne en zone euro alimentant des craintes de pénurie ("credit crunch"). Notre message aux banques est clair, a-t-il dit. Les mesures exceptionnelles, "ce n'est pas pour vos beaux yeux mais pour que vous fassiez votre travail: financer l'économie".

Et il a réaffirmé la volonté de la BCE de retirer ses dispositifs de soutien au crédit en cas de danger inflationniste. "La BCE a une stratégie de sortie (de crise) et est prête à la mettre en action quand le temps sera venu".

La défense de la stabilité des prix reste sa mission prioritaire, inscrite dans le Traité de Maastricht. "Nous appliquerons le traité, tout le traité, rien que le traité", a-t-il martelé.