Abu Dhabi sauve AMD d'une faillite certaine

E24 avec Agences.

— 

L'émirat Abu Dhabi vole au secours d'Advanced Micro Devices (AMD). Etouffé par une dette colossale de 5 milliards de dollars au 30 juin 2008, et mise à mal par le numéro un du secteur des microprocesseurs Intel, AMD a dû revoir son plan de bataille pour rester dans la course. Il y est aidé par Abu Dhabi qui n'hésite pas à faire intervenir son fonds souverain Atic pour restructurer intégralement AMD. Et ce alors que l'émirat est déjà actionnaire à hauteur de 8,1% dans AMD via son fonds Mubadala Development Company. Une part qui va être montée à 19,3%.

L'objectif: regrouper les usines de l'américain au sein d'une nouvelle entité baptisée The Foundry Company qui produira des microprocesseurs pour AMD et d'autres groupes. Le fonds Atic apportera 2,1 milliards de dollars, dont 1,4 milliard serviront à capitaliser cette nouvelle société, et 700 millions de dollars pour une prise de participation de 55,6% dans The Foundry Company. Les 44,4% restants seront détenus par AMD. Foundry Company reprendra aussi 1,2 milliard de dollars de dettes supportées aujourd'hui par AMD.

Mieux encore. Le fonds Atic s'est engagé à investir entre 3,6 milliards et 6 milliards de dollars sur les cinq prochaines années pour accroître les capacités de production de deux unités allemandes et à engager la construction d'une nouvelle unité dans le compte de Saratoga dans l'état de New York. Cette unité devrait permettre la création de 1.400 emplois directs et 5.000 emplois induits supplémentaire.

AMD peut respirer et repartir dans la guerre des prix engagée avec son éternel rival Intel, qui détient 80% du marché des microprocesseurs.