Économie

Hirsch remet son livre vert sur les jeunes

Martin Hirsch a rendu public mardi le Livre vert de la commission sur la Jeunesse, destiné à refonder la politique en faveur des 16-25 ans.

Le document compile 57 préconisations, couvrant l'ensemble des problématiques qui touchent les jeunes et censées les aider à prendre leur autonomie. Les quelque 80 membres de la commission de concertation sur la jeunesse, syndicats, membres du patronat, représentants d'associations de jeunes ou collectivités territoriales, sont donc tant bien que mal parvenus à accoucher d'"une feuille de route partagée".

Responsabilité de l'Etat

Le Haut commissaire à la Jeunesse, Martin Hirsch, qui présidait la commission, s'est félicité d'un Livre vert "ambitieux" avec des "mesures audacieuses". Le document insiste sur "la responsabilité" de l'Etat, des collectivités territoriales et des partenaires sociaux, à l'égard des jeunes. "L'obligation de proposer systématiquement des solutions à tous les jeunes en échec" est mise en avant. Il y est question de "prendre en charge tous les jeunes jusqu'à 18 ans, et non plus jusqu'à 16 ans".

Il préconise, en outre, de "revoir de fond en comble" le système d'orientation. "Un service public de l'orientation" qui serait "connecté à l'école mais pas dépendant de l'Education nationale" serait mis en place. Les débats les plus houleux ont porté sur la question centrale des ressources. Un consensus n'a d'ailleurs pas été trouvé, deux options à expérimenter étant avancées.

Dotation autonomie

Martin Hirsch défend une dotation autonomie: le jeune toucherait une fois une somme de 4.000 euros maximum, pour, par exemple, l'aider à financer sa recherche d'un premier emploi. Le syndicat étudiant l'Unef est pour sa part favorable à une allocation, qui ressemblerait plus à une ressource régulière.

Le Livre vert a préconisé aussi de doubler les contrats en alternance. Le taux de chômage des 16-25 ans qui a atteint 23,5% au premier trimestre 2009 est presque trois fois supérieur à celui des 25-49 ans. Et mardi matin, le ministre du Travail Xavier Darcos s'est inquiété de l'arrivée des jeunes diplômés sur le marché du travail à la rentrée.

Plan d'urgence

Dans un rapport publié en mai sur le chômage des jeunes, l'OCDE classait la France 23ème sur 30, montrant du doigt l'instabilité des politiques de l'emploi avec plus de 80 mesures pour les jeunes en 30 ans. Lors de l'installation de la commission en mars, Martin Hirsch avait dit que le gouvernement était "engagé dans une course de vitesse". Interrogé mardi à ce sujet, il a mis en avant le "plan d'urgence" de 1,3 milliard d'euros pour l'emploi et la formation des jeunes, présenté en avril par Nicolas Sarkozy. L'Unef demande pour sa part "des mesures d'urgence" et "la mise en oeuvre dès la rentrée prochaine" de certaines mesures.

Concrétiser

Après la poursuite du débat sur internet durant l'été, une loi de programmation et d'orientation pourrait donner un cadre et un calendrier aux réformes. Mais Martin Hirsch n'a pas donné mardi de précisions sur un calendrier législatif. Il ne s'est pas étendu non plus sur le coût estimé des dispositifs, confirmant uniquement que la dotation autonomie coûterait 1,6 milliard d'euros. La CFDT a insisté sur la nécessité de "concrétiser" les préconisations. Et d'avertir: "Glisser le Livre vert dans une pile de dossiers oubliés, ou de réformes avortées serait une provocation à l'égard de la jeunesse".