Transdev: la CDC n'a pas encore pris sa décision

G. G. avec agences

— 

La Caisse des dépôts a opposé un démenti formel à l'information parue ce matin dans le Figaro et reprise par les médias: non, elle n'a pas donné son feu vert à une fusion entre Transdev et Veolia Transport. Une telle fusion donnerait naissance au numéro un mondial des transports urbains. "A la suite d'informations parues ce matin, la Caisse des dépôts (CDC) dément formellement qu'une décision concernant l'avenir de Transdev ait été prise à ce jour", a-t-elle réagi dans un communiqué. De son côté, Veolia Transport a confirmé lundi matin son intérêt pour Transdev.

Selon le quotidien, la filiale de Veolia Environnement a "obtenu en fin de semaine dernière le feu vert pour absorber Transdev", alors que la filiale de la SNCF Keolis est également candidate à une reprise de Transdev. La décision aurait été prise "à l'issue d'une ultime audition à la CDC des patrons de Veolia Transport et de Keolis". Transdev est actuellement détenu à 69,6% par la Caisse des dépôts, à 25,6% par la RATP et à 4,8% par la banque italienne Intesa Sanpaolo. Or, la RATP doit céder sa part et la CDC a l'intention de "se défaire de sa participation", assure le quotidien.

Leader mondial

Le rapprochement des deux groupes "va se faire sous la forme d'une fusion", qui donnera naissance à un leader mondial des transports urbains pesant "près de 9 milliards d'euros de chiffre d'affaires", souligne Le Figaro. En juin, Veolia Transport avait manifesté son intérêt pour une entrée au capital de Transdev, avec pour objectif de "créer un nouveau groupe, leader mondial du transport collectif de voyageurs".

Début juillet, la SNCF avait également confirmé son "intérêt" pour Transdev. "L'opération n'est pas terminée, le processus se poursuit", a indiqué à l'AFP lundi une porte-parole de Keolis. "Il n'y a pas encore eu d'analyse financière des deux offres, on est toujours dans le dossier", a-t-elle ajouté.

Le poids de l'Elysée

"Selon nos informations, c'est Veolia qui l'a emporté, grâce au soutien de l'Elysée et notamment de son secrétaire général, Claude Guéant", affirme cependant Le Figaro, ajoutant que "pour l'instant, aucune valorisation du groupe Transdev n'a été communiquée". La CDC "troquera sa participation dans Transdev contre une montée au capital de Veolia dont elle détient pour l'instant 9,6%", écrit aussi le journal.

Transdev, 4e opérateur privé de transport public en Europe, gère actuellement douze réseaux de tramway et deux métros dans le monde à Porto (Portugal) et Gênes (Italie).

100 millions

Selon Le Figaro, la SNCF aurait toutefois "décroché" Veolia Cargo, la filiale de fret ferroviaire de Veolia Environnement: elle "aurait réussi à faire une offre "proche des 100 millions d'euros" en s'associant à Eurotunnel", affirme le journal, sans citer ses sources.

"L'annonce devrait être faite assez rapidement par Veolia, qui a tranché il y a quelques jours" face à l'offre concurrente de la compagnie ferroviaire publique italienne Trenitalia, pour un montant équivalent. Interrogée par l'AFP, une porte-parole de Veolia Transport a simplement rappelé qu'"il y a des discussions en cours avec les candidats, dont la SNCF".

Veolia Environnement avait confirmé en mai étudier la vente de Veolia Cargo, précisant qu'il s'agissait d'une "hypothèse dans le cadre du plan de cession" annoncé début mars, qui concerne "au moins un milliard d'euros" d'actifs cette année et 3 milliards d'euros sur la période 2009-2011. Veolia Cargo emploie 1.260 personnes en Europe et a réalisé en 2008 un chiffre d'affaires de 188 millions d'euros.