Faire le plein pour 13 euros

Anne-Caroline Berthet

— 

Si les pays occidentaux se plaignent souvent du prix de l'essence jugé trop élevé, les pays membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), eux, ont de quoi faire des envieux. Vénézuela, Arabie Saoudite, Iran, Koweit, Qatar, Libye, Abou Dabi, Algérie, Nigéria, Equateur et Angola ont des prix d'essence à la pompe à peine croyables pour un occidental d'après les données recueillies par CNNMoney.com en 2008.

Le plein à 13 euros au Venezuela

Alors qu'en France le prix moyen est indiqué à 2 dollars le litre (soit 1,43 euros le litre), au Venezuela l'essence à la pompe coûte 3,1 cents le litre. Un plein en France de 60 litres vaudra ainsi 120 dollars (soit 85 euros) contre 18,6 dollars (soit environ 13 euros) au Vénézuela.

En Iran, pays qui détient les secondes réserves mondiales de pétrole, 10,5 cents suffisent pour obtenir un litre d'essence.

Une douche vaut un plein en Arabie Saoudite

En Arabie Saoudite, premier producteur de pétrole (10,7 millionsde baril/jour), où résident les plus grandes réserves de pétrole du monde, le litre d'essence coûte 11,5 cents. Prendre une douche coûte ainsi quasiment autant que de faire le plein, selon plusieurs sources.

Dans le pays dirigé par Mouammar Kadhafi, 12,90 cents suffiront pour un acheter un litre d'essence. Au Qatar le litre coûte 18,82 cents. Au Koweït 23,20 cents le litre d'essence.

Depuis la création de l'OPEP en 1960 les pays membres ont pris le contrôle de la production de pétrole avec une politique de nationalisation. Étant maîtres de leur production, ils peuvent influencer le cours du baril de pétrole.

Les taxes premières causes du prix de l'essence en Occident

Plusieurs raisons expliquent de telles différences entre le prix de l'essence dans les pays de l'OPEP et les pays occidentaux. Les taxes sont bien sûr la première cause des prix élevés de l'essence à la pompe.

Dans l'Union européenne (UE), depuis la directive prise par le Conseil de l'UE le 27 octobre 2003 (directive 2003/96/CE), la taxe sur les importations de produits pétroliers (TIPP) est inévitable sur toute une liste de produits commune à tous les Etats membres. Dans cette liste figurent les carburants pour moteur. La nature du produit (essence, diesel etc.) et le type de consommation (chauffage, carburant etc.) influent sur le montant de la taxe à payer.

25 milliards d'euros grâce à la TIPP en France

En France le "super" est le plus touché par cet impôt avec 0,6069 euro pour un litre de sans plomb en 2007. La TIPP rapporte environ 25 milliards d'euros par an à la France, occupant le quatrième rang des recettes de l'Etat français (après la TVA, l'impôt sur le revenu et l'impôt sur les sociétés).

Le Royaume-Uni, les Pays Bas, l'Allemagne, l'Italie et la France sont les pays communautaires qui imposent le plus de taxes sur les produits pétroliers. Sur le prix final que paie le consommateur, les taxes représentent environ 55% pour les britanniques et un peu plus de 40% pour les Allemands, les Français et les Italiens.

Moins de taxes aux Etats-Unis

En dehors de l'UE, les Etats-Unis, le Canada, la Nouvelle-Zélande ou encore l'Australie ont instauré une taxe sur le pétrole bien moins élevée. Sur le prix final que paie le consommateur américain, les taxes représentent ainsi un peu plus de 10%. De même au Canada où elles représentent environ 20% et au Japon, 30%.

L'essence est ainsi bien moins chère aux Etats-Unis qui arrivent 108ème dans le classement des pays où l'essence est la plus chère avec un litre d'essence à 91 cents (soit 65 centimes d'euros). C'est notamment cela qui a longtemps incité les Américains à acheter des grosses voitures selon CNNMoney.com.

Marges de distribution et de raffinage en plus

Additionnées aux taxes, les marges de distribution et de raffinage contribuent également à augmenter le prix moyen de l'essence dans les pays occidentaux. Si elles ne représentent "que" 15 à 25% environ du prix final payé par le consommateur selon les pays, les marges de distribution et de raffinage depuis 2002 n'ont cessé d'augmenter, sauf au Japon où elles sont à peu près stables. Au Royaume-Uni l'augmentation de ces marges en 6 ans est de 90%.

Source : estimation de la CNUCED élaborée d'après les données du Fonds monétaire international (FMI) et du Département américain de l'énergie.