Un restaurateur s'oppose à la TVA réduite

— 

Xavier Denamur, restaurateur parisien de son état, fait figure d'exception dans son secteur. Il milite contre la TVA à taux réduit dans la restauration en vigueur depuis le 1er juillet et propose, dans un communiqué mercredi, de revenir à une TVA à 19,6%, sous conditions.

A la tête de quatre établissements dans le quartier du Marais à Paris, ce gérant estime ainsi qu'il aurait été plus efficace de consacrer les 3 milliards d'euros de manque à gagner annuel pour l'Etat dus à la baisse de la TVA à des mesures fiscales et sociales.

Il souhaite "un retour à la TVA à 19,6% pour tout le secteur des cafés-hôtels-restaurants (CHR), y compris la vente à emporter (hors hôtellerie, pour lequel le taux était déjà à 5,5%) et soumet 10 mesures "à discuter".

Parmi elles, la baisse des "charges patronales et salariales pour encourager les employeurs à mieux payer et déclarer leurs salariés", voire la suppression de "toutes les charges pour les petites entreprises (moins de trois salariés) pendant quatre ans" et la subvention massive des entreprises sans salarié.

Il propose aussi d'améliorer la formation sur "la gestion d'entreprises dans ce secteur où les défaillances sont souvent dues au manque de compétences" et de renforcer la lutte contre la fraude sociale et fiscale, notamment en régularisant certains sans-papiers et en renforçant les sanctions contre ceux qui feraient travailler "cette main d'œuvre corvéable à souhait".

Pour Xavier Denamur, revaloriser le secteur passerait enfin par la restitution d'"une partie de la TVA aux citoyens les plus pauvres", mais aussi par l'information du consommateur en classifiant les produits selon qu'ils "sont frais ou non, fabriqués sur place ou bien préparés ailleurs".