Restauration: invisibles baisses des prix

E.M. avec AFP

— 

Trois restaurateurs sur quatre affirment avoir baissé leurs prix depuis l'entrée en vigueur de la TVA à 5,5% dans le secteur, mais cette baisse n'a pas toujours été "visible" pour le consommateur, selon une étude menée par le cabinet Gira auprès de 720 établissements.

Cette étude, réalisée dans le cadre d'un observatoire du secteur mis en place par l'Umih, le principal syndicat de restaurateurs, montre que 76% des restaurateurs interrogés (et pas seulement des adhérents au syndicat) ont baissé certains prix, mais que cette baisse porte souvent sur sept articles ou moins de la carte, et donc apparaît peu visible. Selon Gira, les cartes proposent généralement de 45 à 60 produits.

Pas de signal fort

Au final moins d'un restaurant sur deux (48,6%) a envoyé "un signal fort" au consommateur, en baissant les prix d'au moins sept produits, explique Bernard Boutboul, directeur général de Gira Conseil.

Un tiers (36,1%) ont envoyé "un signal trop faible" en baissant trop peu de prix (27,4%) ou en ne baissant aucun prix préférant utiliser le bénéfice de la réduction de la TVA sur le social (salaires, embauches) et l'investissement (8,7%).

Enfin, 15,3% des restaurateurs ont envoyé "un signal inexistant" aux clients en ne baissant pas les prix après le 1er juillet, certains (8,3%) affirmant qu'ils avaient déjà baissé leurs prix auparavant.

Problème de visibilité

Présidente de l'Union des métiers de l'industrie hôtelière (Umih), Christine Pujol, juge "encourageant" de voir que "plus de 75% des restaurateurs ont baissé leurs prix", tout en reconnaissant un "problème de visibilité".

Au 1er juillet, la TVA dans la restauration est passée de 19,6% à 5,5%. En échange, les restaurateurs s'étaient notamment engagés à faire baisser les prix de 11,8% sur au moins sept produits.

Elle souhaite que le secteur ait "le temps" de faire ses preuves, et estime qu'"une année entière" sera nécessaire pour réellement mesurer la baisse des prix.

Le gouvernement fera un bilan définitif de la baisse des prix le 15 décembre. Selon les enquêtes de Bercy et des associations de consommateurs, qui ont observé les cartes à l'extérieur des établissements, un restaurant sur deux a plus ou moins baissé ses prix.

Selon l'Insee, cette baisse est de 1,45% sur trois mois (juillet à septembre), loin des 3% de baisse qui auraient dû être constatés si tous les restaurateurs avaient baissé leurs prix comme leurs syndicats s'y étaient engagés.

En contrepartie du passage de la TVA de 19,6 à 5,5% dans la restauration (sauf pour les alcools), les syndicats de restaurateurs se sont engagés à baisser les prix (au moins 7 articles en baisse d'au moins 11,8%), négocier l'amélioration des conditions de l'emploi (salaires, mutuelle, etc.), embaucher 20.000 salariés et 20.000 apprentis supplémentaires en deux ans, et moderniser leurs établissements.