Les 16 plus grosses niches fiscales

E.M. avec AFP

— 

468 niches fiscales pour 75 milliards d'euros. Les dipositifs d'exonération du dernier budget 2010 coûtent cher à l'Etat. Et seize seulement d'entre eux représentent la moitié du coût global, soit environ 37,5 milliards d'euros.

Parmi les grands gagnants figurent:

- le taux de TVA de 5,5% pour les travaux dans les logements. Le dispositif est le plus coûteux des mesures fiscales dérogatoires, avec 5,15 milliards d'euros de manque à gagner prévu pour l'Etat l'an prochain.

- Le crédit d'impôt recherche (CIR), qui permet depuis 2008 aux entreprises de déduire une partie de leurs investissements de recherche et développement de l'impôt sur les sociétés, devrait quant à lui coûter 4 milliards d'euros en 2010.

- La prime pour l'emploi en faveur des contribuables modestes arrive en troisième position, avec 3,2 milliards d'euros programmés pour l'année prochaine.

- Les avantages fiscaux octroyés aux bons ou contrats de capitalisation et d'assurance-vie, soit 3 milliards.

- L'instauration du taux de TVA à 5,5% dans la restauration: 3 milliards.

- L'abattement de 10% sur le montant des pensions (y compris alimentaires) et des retraites représente une perte de recettes pour l'Etat de 2,67 milliards,

- Le crédit d'impôt pour les travaux d'économie d'énergie réalisés dans une résidence principale, soit 2,6 milliards.

- Le crédit d'impôt pour l'emploi d'un salarié à domicile, 1,75 milliard,

- l'exonération de diverses prestations sociales (1,6 milliard),

- l'exonération de la demi-part supplémentaire pour les contribuables ayant élevé seuls un ou plusieurs enfants (1,56 milliard)

-le taux de 5,5% dans l'hôtellerie (5,5%).